StatCtr

Livre I en Français - Chapitre XI - Christian Grey et Anastasia Steele


Traduit par: Elisabeth Mazaltov
Edité par: Hélène B. et Elisabeth Mazaltov


CONFESSIONS AU DOCTEUR

Chapitre 11



Comme je suis debout je vais m’installer devant mon portable pour lire et relire maintes et maintes fois  le dernier email d’Anastasia.
Strange Love - Depeche Mode

 Elle communique beaucoup plus aisément par ce moyen que lorsqu’elle est en face de moi. Je dois l’impressionner beaucoup plus que je ne le pensais.  Puisque nous sommes en pleine négociation j’ai composé ma tête de « business man » et je lui écris une réponse :
_________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Vos questions
Date: 24 Mai 2011 04:58
À: Anastasia Steele

Chère Miss Steele

J‘ai soigneusement étudié vos questions  et j’éprouve le besoin d’attirer votre attention sur la définition du mot « soumis. »
soumis [su.mi], participe passé, adjectif 
1. enclin ou disposé à se soumettre; humblement obéissant: domestiques soumis.
2. caractérisé par, ou indiquant la soumission: une réponse soumise.
Etymologie: première moitié du XIIème siècle; de suzmetre « mettre dans un état de dépendance (par la force)»
Synonymes :1. docile, obéissant, accommodant, souple. 2. passif, résigné, patient, dompté, subjugué. Antonymes: rebelle, désobéissant.
J‘aimerais que vous l‘ayez en tête pour notre réunion de mercredi.

Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
 _________________________________________

Alors qu’est-ce qu’elle dit de ça Miss Steele? Je veux qu’elle se soumette à moi pour que je puisse prendre soin d’elle, parce que je pourrai la protéger lorsqu’elle découvrira les profondeurs et l’intensité de sa sensualité. Je peux l’emmener dans des lieux dont elle ignore l’existence, lui faire découvrir des plaisirs qu’elle croit inaccessibles. Cela n’est pas possible sans qu’elle se donne à moi complètement. Une confiance totale et réciproque est indispensable.

Il s’agit essentiellement de faire confiance à la personne qui contrôle. Elle tombe, je la rattrape, c’est de ça dont elle ne doit jamais douter. Je veux, non, j’ai besoin qu’elle ait confiance en moi pour que notre accord marche. Je dois exercer le contrôle. C’est la seule chose que je connaisse, c’est-ce qui me convient, c’est-ce qui me fait tenir lorsque le chaos règne autour de moi.

Je décide d’aller m’entraîner. Je cours plusieurs kilomètres, je soulève des poids et frappe dans un punching-ball pour évacuer mes frustrations de la nuit. Au cours des deux dernières nuits, penser à Mademoiselle Steele a eu deux effets : 1) j’ai fait le rêve érotique le plus chaud et le plus humide de ma vie 2) j’ai fait le pire cauchemar de mon existence.

Elle est à la fois le poison et l’antidote. Elle me perturbe jusque dans mon sommeil. Il est impossible d’échapper à son attraction. Elle me torture d’un regard, d’une expression, d’un de ses traits d’esprit. Pourquoi Anastasia, pourquoi me tortures tu autant ? Bien que j’aime son humour et la façon dont elle me résiste, j’aimerais aussi mater sa grande gueule.

Parce que je suis terrorisé !

Terrorisé qu’elle puisse partir. Terrorisé qu’elle puisse être blessée sans que j’ai le pouvoir de l’éviter. Parce qu’elle est insaisissable comme le vent.
Taylor entre dans la salle de gym pour s’entraîner lui aussi. Il me voit taper comme un enragé sur le punching-ball. Il a l’intelligence de ne rien dire mais hoche la tête et me salue « Monsieur Grey, » et il commence ses exercices. Une fois que j’ai terminé je dis à Taylor que je remonte dans ma suite. « Voulez vous que je vous y retrouve Monsieur ? »

« Non, retrouvez-moi en bas, au restaurant à 7 heures 30. »

« Bien Monsieur. »

Je retourne dans ma suite, prends une douche et enfile un pantalon et une chemise blanche et je descends au restaurant; Taylor est déjà là, discret mais vigilant. Il peut sembler indifférent, cette impression est trompeuse; De même qu’il peut donner le sentiment d’être distrait ou de regarder ailleurs. Mais en réalité il surveille attentivement les gens avec lesquels j’ai un petit déjeuner de travail. La réunion se passe sans problème.

Une heure plus tard je suis de retour dans ma suite en compagnie de Taylor qui se fait discret. J’appelle John Flynn.

« Hello Christian. »

« John. »

« Je ne t’ai pas vu cette semaine. Tu devais être très occupé, » dit-il. C’est sa façon de tâter le terrain pour savoir ce qui se passe.

« Je suis à Portland. »

« Ah » ce qui chez lui veut dire « quoi de neuf ? »

« Je vais remettre les diplômes à la cérémonie de fin d’année universitaire jeudi prochain. »

« Je suppose que tu n’es pas parti une semaine plus tôt et que tu n’as pas annulé notre rendez-vous pour cette cérémonie quand même ? C’est de ça que tu veux me parler ? »

« Oui. »

« Christian, depuis tout le temps que je te connais à la fois comme ami et comme patient, tu n’as jamais été aussi hermétique. Pourquoi es tu bouche cousue ? »

« J’ai rencontré quelqu’un, c’est à cause d’elle que je suis là bien en avance. »

J‘entends des bruits bizarres. On dirait qu’il s’étrangle au bout du fil.

« Tu vas bien ? » je suis un peu inquiet pour lui.

Il répond avec une voix de fausset un « oui » strident. Puis il se racle la gorge et m’interroge d’un ton un peu plus viril « Oui, je vais parfaitement bien Christian. J’étais heu… peu importe, tu disais ? » Il est manifestement enthousiaste et fortement intéressé alors que d’habitude il me parle toujours sur un ton très professionnel lorsque nous sommes en consultation. Compte tenu de mon style de vie, il n’y a pas grande chose qui l’étonne me concernant. Il connait tout de mes soumises, il sait que je suis un dominant et que je ne veux que des relations de ce genre, il sait aussi que je n’ai rien expérimenté d’autre.

« J’ai rencontré  une fille complètement par hasard. Elle est venue m’interviewer pour le journal de l’université. Elle n’était même pas supposée le faire. C’est sa colocataire qui devait venir, elle est tombée malade tu vois, une grippe, un rhume bref une merde dans ce genre là… Et je suis vraiment content qu’elle n’ait pas pu venir ! Non pas que je sois content qu’elle soit tombée malade mais qu’elle ne puisse pas venir, parce qu’elle a demandé à sa colocataire Anastasia. » Il y a de la vénération dans ma voix en prononçant son nom ce qui est très inhabituel de ma part. John le note immédiatement car il émet encore un son bizarre. Il faudrait que je lui fasse le coup plus souvent car rien ne le surprend jamais de ma part.

« Et c’est Anastasia qui est venue m’interviewer. » je m’interromps pour reprendre ma respiration.

John, le Docteur Flynn pour ses patients, profite de ma pause pour m‘interroger.

« Je suis ravi que tu sois aussi loquace avec moi Christian. Et tu as découvert que cette Anastasia est une soumise ? Est elle aussi une adepte de ton mode de vie? » Il semble vraiment intéressé par mes propos.

J’aurais pété la gueule de n’importe quelle autre personne qui m’aurait posé cette question, mais je paie le Dr John Flynn une petite fortune pour me demander de telles choses. Il a signé un accord de confidentialité il n’a donc aucune raison d’avoir peur de m’interroger, du moins si je veux vraiment qu’il m’aide.

« Non, elle ne l’est pas, » dis-je d’un air détaché comme si c’était une évidence.

Il tousse encore, on dirait qu’il s’étouffe.

« Dr Flynn…John tu es sûr que ça va ? Dois-je prévoir un rendez-vous avec toi ? Franchement ça ne m’arrange pas, » je ne le ferai pas de toute façon et il le sait. Je ne suis pas du genre accommodant. J’ai l’habitude de faire comme bon me semble. « Franchement je ne préfère pas sauf si tu considères que je suis un cas d’urgence médicale puisque j’ai noté que tu n’as pas cessé de t’étouffer depuis que j’aie commencé à te parler » dis-je sèchement. Je poursuis, « Parce que j’ai vraiment besoin de te parler de ça maintenant ! J’ai passé une mauvaise nuit… Des cauchemars, mais cette fois ci Anastasia était impliquée. »

On dirait que le Dr Flynn a reçu un électrochoc, une sorte d’orgasme freudien en entendant mon récit. Je sens que son cerveau est ébranlé par toutes mes révélations qui arrivent en rafale à 250 km/heure!

« Je n’ai pas l’intention de raccrocher le téléphone Christian, car je pense que tu viens peut être de faire un progrès considérable. Toutefois je veux éclaircir un point capital. Ce n’est pas cette jeune fille qui t’a dragué en premier ? »

Je confirme que non.

« Donc tu es allé à Portland… » il s’arrête, « depuis Seattle, pour courir derrière cette jeune femme ? »

« Oui. »

« Et cette jeune femme ne partage pas ton style de vie si j’ai bien compris. »

« Non pas pour le moment mais j’espère que ça va changer. »

« Je vois… » il s’interrompt encore. « Cependant est elle un peu au courant de ce mode de vie auquel tu essaies … de l’initier ? »

« Non elle n’en avait aucune idée. Elle est… » Je rectifie ce que j’allais dire, « elle était vierge. »

J’entends un drôle de bruit de gorge suivi d’une toux bruyante.

Cette fois ci j’attends. Je ne veux pas causer la mort du meilleur psy que je connaisse.

Toutefois, je suis vraiment inquiet et je m’aventure à lui demander « Est-ce que ça va John ? »

Il continue à tousser mais il s’est éloigné du téléphone. J’entends sa voix lointaine et à moitié étranglée, «ELéonore, pourriez vous m’apporter un verre d’eau s’il vous plait ? »

Il tousse encore.

J’entends la voix de l’assistante un peu paniquée, « Tout de suite Docteur Flynn ! » Moi j’attends. Ca risque de durer un moment. Je l’entends qui tousse encore. Fort. Quelques minutes plus tard, remis de sa quinte de toux il me reprend au téléphone.

« Je suis désolée Christian. Tu viens de m’apprendre une sacrée nouvelle. Durant toutes ces années de thérapie je n’aurais jamais imaginé qu’un jour tu puisses tenir de tels propos. Toi, tu courtises une vierge ! » Il a du mal à cacher son incrédulité. Tu as des goûts particuliers pour le choix de tes partenaires, et une jeune femme inexpérimentée, non soumise et vierge par-dessus le marché ne devrait pas te convenir. Je serais curieux de savoir ce qui te fait penser le contraire. »

« Nous avons rectifié la situation. Elle n’est plus vierge. »

« Je vois, » dit-il pensif. « Et que pense t’elle de tes pratiques sexuelles hardcore ? »

« La première fois on a juste fait l’amour. Sans jouets… » puis je me ravise, « enfin si on ne compte pas ma cravate en soie grise. En fait c’était ma première vanille » dis-je calmement.

Le voilà repris d’une quinte de toux. Quand il cesse de tousser je suis exaspéré, « John, dis moi, tu penses qu’on va pouvoir continuer cette conversation sans que tu meurs à l’autre bout du fil ? »

« Mais bien sûr. C’est juste que tu n’as jamais révélé que tu éprouvais de l’intérêt pour le sexe vanille. Enfin… pour faire l’amour avec ou sans jouets. Tu as tout un tas de règles que tu veux que tes partenaires respectent, » je lui coupe la parole.

« Et c’est le cas ! Elle ne fait pas du tout l’affaire ! Si ce n’est qu’elle est brune. Sinon en dehors de ça, même si je pensais qu’elle avait un bon potentiel pour devenir une soumise, parce qu’elle disait tout le temps « oui Monsieur », « non Monsieur » et qu’elle est très timide, il s’avère qu’elle n’a pas une goutte de soumission en elle ! Et avant que tu t’étouffes à nouveau je t’informe que j’ai d’autres révélations à te faire. »

« J’écoute, » dit-il en retenant sa respiration.

« Elle a dormit avec moi trois fois dans mon lit. Tu vois le genre…Dormir, dormir. Nous avons aussi fait l’amour dans mon lit. Et je pense aussi à elle à chaque minute de chaque jour, c’est-à-dire à peu près tout le temps quand je suis éveillé. Et la nuit je rêve d’elle ! »

« Etrange ! » énonce le Dr Flynn avec son accent londonien. « Quel genre de rêves as-tu fait ? »

« L’avant dernière nuit j’ai fait le rêve érotique le plus génial et le plus mouillé. Elle était sacrément réelle ! Je ne pouvais ni savoir, ni penser ni même comprendre que c’était un rêve ! »

« Très intéressant » dit-il. Sa remarque me laisse à penser qu’il est en train de prendre des notes dans son cahier. « Continues Christian. »

« La nuit dernière, j’ai fait le pire cauchemar de tous mes cauchemars. »

« As-tu rêvé du proxénète ? »

« Oui » ma respiration s’accélère sans que je puisse la contrôler, « dans mon rêve, il causait la mort d’Anastasia et j’étais dévasté. C’était une perte plus terrible que toutes celles que j’ai pu connaître. Je ne peux rien comparer à cela. Je ne crois pas que je pourrais ressentir une telle douleur et une telle détresse si je perdais quelqu’un de ma famille. » J’éprouve un sentiment de culpabilité d’avouer cela, ma voix en est presque inaudible.

« Tu l’aimes. » Son ton est catégorique.

D‘un ton sec et avec cynisme je lui rétorque: « C’est ton diagnostic ? Bravo, j’ai pensé la même chose.»

Le Docteur Flynn reste imperturbable.

« A ton avis, que ressens tu pour elle Christian? »

« Ce n’est pas de l’amour ! » Il y a de la ferveur dans ma voix, j’essaye de me persuader de ce que je raconte.

« C’est très intéressant que tu dises cela. Et d’où tires tu cette conclusion ? »

« Mais je n’aime pas John ! Je pense que c’est un mélange, je l’aime, je l’adore, je l’admire, je la désire, je la convoite, je l’aime… »

Il me coupe le sifflet : « Tu l’as dit. »

« Quoi ? »

« Que tu l’aimes, tu l’as même dit deux fois. » Bon et alors où veut-il en venir ? Je suis exaspéré.

« Oui je l’aime. Beaucoup. En fait je me surprends à penser à elle, à rêver d’elle, je la veux, je la désire toujours autant, non, je la désire de plus en plus ! Et cela en dépit du fait que je sais qu’elle n’a pas une seule goutte d’obéissance et de soumission dans tout le corps. »

« Et pourtant tu as quand même envie d’être avec elle… Etrange ! » Il dit ça comme s’il était en train de mater son épisode préféré de « Freud, les mabouls et moi. »

«  Parle-moi de ton cauchemar. » Je lui raconte en détail.

« As-tu peur qu’elle te quitte ? »

« J’ai cru qu’elle me quittait sans un mot il y a deux jours. Elle m’a envoyé un mail disant que ça avait été sympa de me connaître ! » Ma voix monte d’un cran.

« Et qu’as-tu ressenti ? » Je lève les yeux au ciel car c’est la question favorite des psys.

« De la terreur ! Comme une perte… Je n’ai aucun point de comparaison. Je n’ai jamais ressenti cela avant ! » J’en suis encore tout ému ce qui s’entend dans ma voix.

« Certes, mais tu as eu des soumises avec lesquelles tu n’étais pas compatible, ou qui voulaient plus que ce que tu pouvais offrir. Et pourtant tu as rompu sans états d’âmes et sans y réfléchir à deux fois. Es tu amoureux de cette jeune femme ? » Sa question me prend complètement au dépourvu.

Je regarde mon téléphone, perplexe, « Non ! » j’ai des accents de sincérité dans la voix. « Je ne fais pas dans les trucs d’amour ! Je ne peux pas aimer. Je suis mauvais pour elle mais je ne peux pas m’en détacher ! Et elle c’est pareil vis-à-vis de moi ! C’est comme le papillon qui est attiré par la flamme. » J’inspire profondément en me passant une main dans les cheveux.

« Mais tu viens encore de dire que ce n’est pas de l’amour. Ta peur de la perdre se manifeste dans tes cauchemars dans lesquels en général le souteneur de ta mère biologique joue un rôle primordial. Il est présent dans la plupart de tes cauchemars, c’est une peur résiduelle de ton enfance si tu veux, mais là il a réussi à s’intégrer à ta plus grande frayeur : la peur de perdre cette jeune femme d’une manière définitive. C’est ton subconscient qui te dit que tu devras changer tes habitudes qui découlent des souffrances que tu as endurées dans les toutes premières années de ta vie, en tout cas si tu souhaites continuer à établir une relation avec elle. »

« Tu as peut être raison. Mais je ne suis intéressé que par une relation dominant/soumise et rien d’autre. »

Tes paroles le disent, mais tes actes prouvent le contraire, puisque tu es prêt à faire ce dont elle a besoin dans une relation comme lui faire l’amour… » Je lui coupe la parole.

« C’était le seul moyen pour atteindre un but. Comme ça on pouvait passer à l’étape suivante de son initiation. »

« Et qu’en pense t’elle ? »

« Elle négocie ses conditions avec moi. » J’entends à nouveau qu’il s‘étouffe.

« John es tu en train de manger? Je trouve que tu t’étrangles beaucoup. »
« Hypoglycémie. Des petits repas et souvent. » Dit-il après s’être éclairci la voix. « Pour être honnête Christian, tu as réussi à me choquer ce matin, et à plusieurs reprises! »

«Ce n’est pas de ma faute, c’est de la sienne ! Elle arrive même à rendre nerveux mon garde du corps parce que je suis toujours sur les dents à ne jamais savoir comment elle va se comporter !»

«Regardons les choses en face Christian. S’il s’agissait de n’importe quelle soumise ou de n’importe quelle autre femme tu n’aurais jamais toléré cela parce que comme tu le dis, tu as des règles. Mais là, tu te plies aux volontés d’Anastasia et tu t’accommodes de ses besoins et en plus tu la laisses négocier ses conditions avec toi. »

« Je n’ai pas encore mis un nom sur ce sentiment ; elle est comme le soleil, et je suis comme une planète incapable de sortir de son sillage.. » dis-je impuissant;

« Oui, l’amour te fais cet effet là. « L’amour tue l’intelligence. Le cerveau fait sablier avec le cœur. L’un ne se remplit que pour vider l’autre.*» »

« John, » dis-je sèchement « Tu philosophes maintenant? Mais j’ai une objection à lui servir: « On n’aime que ce qu’on ne possède pas tout entier. ** »

All About Us - T.A.T.U.

« Tu veux la posséder Christian? »

« Dans un sens oui. Mais je ne suis pas sûr qu’on puisse la posséder. Comment peux-tu maîtriser un Tsunami ? »


« Admettons que tu arrives à la posséder et alors il se passe quoi ? »

« D’abord j’aimerais lui flanquer une bonne fessée pour lui apprendre à me défier à tout bout de champ ! » Je suis énervé.

« Intéressant, mais crois tu vraiment qu’elle te défie ou n’est-ce pas plutôt sa façon d’être ? »

« C’est la même chose. » Je suis catégorique sur ce point.

« Mais tu l’aimes telle qu’elle est : expressive et grande gueule comme tu le disais tout à l’heure. Que ressentirais-tu si tout cela disparaissait ? Il ne resterait qu’une coquille vide d’une femme qui fût Anastasia. Est-ce cela que tu veux ? »

Maintenant c’est moi qui m’étrangle.

« Non ! J’essaye seulement de la protéger ! D’elle-même ! J’aime sa ténacité et sa grande gueule, et j’aime sa façon de négocier, mais parfois elle est imprudente car elle n’a aucun sens d’auto protection ! C’est de cela que j’essaye de la protéger. C’est sans doute cette peur qui s’est manifestée dans mon rêve » dis-je saisi d’une fulgurance.

« Ou bien ta peur est si grande qu’il lui arrive quelque chose que ta surprotection porte atteinte à son bien être. Ta peur s’est manifestée dans ton rêve comme un avertissement de ton subconscient. Parce que tu  sais que ça peut la faire fuir et qu’elle pourrait en être blessée. ».

Je reste silencieux puis je crie: « Je déteste ton raisonnement ! »

Il rit.

« Donc la question devient : comment vas tu réagir ? Comment vas-tu t’adapter à sa personnalité ? »

« J’aime sa personnalité. Mais je n’aime pas qu’on me défie. Tu sais que j’aime contrôler. Je suis un putain de sadique » dis-je avec de l’amertume dans la voix.

« Nous sommes en désaccord sur ce point Christian. Tu n’es PAS un sadique. Tu es un jeune homme qui a enduré d’horribles sévices dans les plus jeunes années de sa vie. Mais nous ne devons pas revenir sur le passé car nous ne pouvons rien y changer. En revanche nous pouvons viser l’avenir et définir ton idéal, ce que tu as envie d’être, avoir cet objectif et travailler pour l’atteindre. Ton mode de vie tu ne l’as pas choisi on t’a initié quand tu étais très jeune et tu n’as rien essayé d’autre, tu n’en a d’ailleurs jamais éprouvé le désir jusqu’à ce que tu rencontres cette jeune femme. Mais cette dernière semaine tu as essayé des tas de choses qui sont contraires à tes habitudes et tu as découvert que tu aimais ça et avec une gamine innocente par-dessus le marché. Je pense que cette jeune personne t’as administré le traitement que j’ai essayé de te faire prendre depuis deux ans ! Je suis en admiration devant elle. J’aimerais beaucoup la rencontrer ! » Il est tout excité.

Super ! Je fais la gueule… Encore un admirateur ! Cessera-t-elle un jour de me surprendre et d’étonner tout le monde? Elle n’a même pas besoin de faire un petit effort pour les impressionner. Je sens la jalousie qui monte en moi, alors que mon subconscient sait parfaitement bien que je n’ai aucune raison de m’inquiéter car le Dr Flynn est heureux en ménage et très amoureux de sa femme.

« On se voit la semaine prochaine alors ? »

« Oui, » je raccroche.

Je passe le reste de la journée à bosser, mon blackberry sonnant sans cesse car Ros et mon assistante Andréa m’envoient des mails en rafale. Mon esprit est préoccupé en permanence par Anastasia, je me demande ce qu’elle fait, je voudrais savoir avec qui elle parle. Va-t-elle rencontrer un autre type aujourd’hui, quelqu’un qui ne souffre d’aucune de mes putains de névroses et qui va lui plaire?

Ca me fait bouillir, je suis sous pression comme une cocotte minute, alors je fais les cent pas dans ma suite.

Taylor vient m’annoncer que Claude Bastille est là.

Je le regarde interrogatif. « Vous m’avez demandé qu’il se réserve du temps pour vous voir cette semaine, et je l’ai donc fait venir aujourd’hui. » Il sait que je suis sur les nerfs et que j’ai besoin d’entraînement pour évacuer toute cette énergie qui ne sert à rien et qui s’accumule. J’acquiesce. Tout en muscles Claude Bastille entre. Il est prêt à me faire transpirer et à me botter le derrière. Il est souriant et me tend la main pour me saluer.

« Bastille, on se retrouve dans la salle de sport » je fais un sourire plutôt grimaçant. Après les horreurs de la nuit dernière, c’est peut être enfin aujourd’hui que je vais arriver à lui botter le cul sur le tatami.

Taylor me comprend si bien ! Parfois je n’ai rien à dire et il sait quoi faire. Il prouve encore qu’il est un employé exceptionnel à plus d’un égard. Durant les deux heures qui suivent je m’entraîne très dur ce qui me procure une intense satisfaction. Ensuite, je prends une douche et je commande le dîner pour le prendre dans ma chambre car j’ai encore du travail à finir. Je n’ai pas encore reçu de réponse à mon mail de la nuit dernière. Qu’est-ce qu’elle peut bien fabriquer ? Est-elle sortie avec quelqu’un ? Cette pensée me rend jaloux et me donne envie de cogner sur quelque chose et de débarquer chez elle pour lui rappeler comment je m‘appelle. Mais j’arrive à contrôler mes impulsions. Elle doit probablement dîner. Je ne veux pas qu’elle m’écrive avant d’avoir mangé quelque chose, elle mange si peu. Je reprends mon boulot.

J’entends la sonnerie m’annonçant l’arrivée d’un mail. Je me propulse pour ouvrir ma boite mails et à ma grande déception c’est un message de Ros. Bon Dieu ! Je suis comme un adolescent qui attend un simple signe de sa petite amie. Pendant que je lis le mail de Ros à propos d’un chantier naval  que nous envisageons d’acquérir, la boite mails sonne à nouveau et cette fois ci c’est Anastasia. Je laisse tomber la réponse que je tapais pour Ros et passe au message d’Ana.
_________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Mes problèmes? Et les VOTRES alors ?
Date: 24 Mai 2011 18:30
À: Christian Grey
Cher Monsieur,
A-t-il échappé à votre attention que la date de la définition que vous m’avez transmise remonte au 12ème siècle.
Je me permets respectueusement de vous rappeler que nous sommes en 2011.  Au cours du dernier millénaire beaucoup de choses ont changé.
Puis-je me permettre à mon tour de vous proposer une autre définition à prendre en considération en vue de notre réunion de mercredi :
compromis [ko-promi] substantif masculin
1. action qui implique des concessions réciproques ; transaction : La vie en société nécessite des compromis.
2. Moyen terme, état intermédiaire, transition: Cette attitude est un compromis entre le classicisme et le modernisme.
3. Convention par laquelle les parties dans un litige soumettent  l’objet de celui ci à un arbitrage.
4. Participe passé de compromettre : Exposer quelque chose à un danger, à une atteinte, à un risque, diminuer les possibilités de réussite de quelque chose ou de quelqu’un : Compromettre sa réputation.
Ana
_________________________________________

Bon sang ! Comment fait-elle ça ? J’aime sa grande gueule ! J’aime qu’elle s’intéresse et qu’elle négocie avec moi. Personne ne l’a jamais fait ! En tout cas pas sans que je les autorise à le faire …

C’est tout elle ! Elle fait tout ça pour moi !

Je tape une réponse séance tenante.

_________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Et mes problèmes alors?
Date: 24 Mai 2011 18:33
À: Anastasia Steele
Bien vu comme toujours Miss Steele. Je te prendrai à ton appartement à 19 heures demain.
Christian Grey CEO, Grey Enterprises Holdings Inc.
_________________________________________

Sa réponse arrive quelques minutes plus tard
________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Année 2011 – Les femmes conduisent
Date: 24 Mai 2011 18:41
À: Christian Grey
Cher Monsieur,
J‘ai une voiture et un permis de conduire, j’ai donc légalement le droit de prendre le volant. Je préfèrerais vous rejoindre quelque part. Où souhaitez-vous que je vous retrouve ? A votre hôtel à 19 h ?
Ana
_________________________________________

De quoi ? Pourquoi ? Elle prévoit un moyen de s‘enfuir. Si j’allais la chercher elle serait dépendante de moi pour rentrer. Pourquoi me défie-t-elle sans cesse ? Je suis exaspéré et je passe de nouveau une main dans mes cheveux. Je tape une réponse.

_________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Jeune femme obstinée et exaspérante
Date: 24 Mai 2011 18:44
À: Anastasia Steele
Chère Mademoiselle Steele,
Pourriez vous je vous prie reprendre la définition jointe à mon mail du 24 Mai 2011 envoyé à 04:58 et la relire une nouvelle fois ?
Pensez vous être un jour capable de faire ce qu’on vous dit de faire ?

Christian Grey CEO, Grey Enterprises Holdings Inc.
_________________________________________

Elle n’est pas du tout soumise même si elle en a le comportement de par sa timidité. Elle me déconcerte, elle me défie à tout bout de champ mais je ne peux pas échapper à son attraction. Pourquoi me tortures-tu ainsi Anastasia ? Pourquoi n’écoutes-tu jamais ?

_________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: les inflexibles
Date: 24 Mai 2011 18:50
À: Christian Grey
Cher Monsieur Grey,
J‘aimerais beaucoup conduire. S’il vous plait.
Ana
_________________________________________

Comment peut-elle être aussi exaspérante ? Elle devrait vraiment bosser pour moi. C’est une satanée négociatrice ! Elle me fait céder non sans m’avoir d’abord rendu dingue. Si elle était mienne je fesserais son ravissant cul jusqu’à ce que mes mains soient aussi rouges et douloureuses que ses fesses !

_________________________________________
De: Christian Grey
Objet Pas si inflexibles que ça
Date: 24 Mai 2011 18:52
À: Anastasia Steele
Bon d‘accord. A mon hôtel à 19h00.
Je te rejoindrai au Marble Bar.
Christian Grey CEO, Grey Enterprises Holdings Inc.
_________________________________________

Même ma réponse reflète ma mauvaise humeur. Elle me rend fou ! Elle n’écoute jamais rien. Ne fait jamais ce qu’on lui dit ! Si elle était n’importe quelle autre femme ou soumise que j’aie eu, je la larguerais. Mais la simple pensée de la quitter, ou pire qu’elle me quitte déchire mon cœur pourtant endurci. J’entends la sonnerie qui annonce sa réponse.

_________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Pas si inflexibles que ça
Date: 24 Mai 2011 18:55
À: Christian Grey
Merci.
Ana x
_________________________________________
Mon putain de cœur fond en lisant sa réponse. Un simple merci et un x pour indiquer un bisou. C’est quoi exactement ce que je ressens pour elle ? Argh !
_________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Les exaspérantes
Date: 24 Mai 2011 19:00
À: Anastasia Steele
De rien.
Christian Grey CEO, Grey Enterprises Holdings Inc.
_________________________________________

Je suis impatient de la voir… Demain.







*     Jules Renard - journal-  23 mars 1901

* * Marcel Proust - La prisonnière (A la recherche du temps perdu)

17 comments:

Julie RION said...

Encore un super chapitre ;-) Merci pr ce bon moment...

Julie

PS : j'adore la photo avec la cravate "TEAM CHRISTIAN" LOL

Anonymous said...

Merci pour ce nouveau chapitre et vivement vendredi prochain.

Elisabeth ze translator said...

merci de vos commentaires. Ca m'encourage de savoir que vous appréciez cette version française.
N'hésitez pas à commenter même en anonyme ça fait super plaisir.
bizzzz

anonyme974 said...

Bonsoir je suis surprise de ne pas trouver sur le site un nouveau chapitre en français. C'est devenu un rituel. Votre travail est formidable. Je suis contente que vous pensez à nous. Une question le site a change de décor c'est très évocateur.
Remercie bien l'écrivain, les livres nous permettent de mieux cerner certaines scènes décrites dans les tomes originaux.
Bonne soirée

Elisabeth ze translator said...

Pas de panique!! Le chapitre est prêt mais Eminé est partie en déplacement au Mexique. Je pense qu'elle mettra le chapitre 12 en ligne dans la journée.
bzzz

Anonymous said...

Bonjour aurons nous le chapitre 12 bientot

Elisabeth ze translator said...

Il y à un nouveau chapitre par semaine. La mise en ligne est le vendredi.
EM

Anonymous said...

Beau travail ! J'attends vivement le chapitre 12 !

Elisabeth ze translator said...

coucou

heu... le chapitre 12 a été publié il y à 15 jours !
hihihi Grey nous fait perdre la tête...
EM

mavalca said...

Voilà, ça y est, je suis sous le charme!
Eminé et ma très chère Elisabeth, bravo, quel boulot!
Ce chapitre est extra, et j'adore l'entretien avec le Dr Flynn!
Bien entendu, il va me falloir améliorer mon anglais car je ne serai pas rassasiée des 22 chapitres en français...
Bravo!!

Elisabeth ze translator said...

chère Mavalca

Vous satisfaire est notre priorité...
bizz

lilou3963 said...

Bonjour, je voudrais savoir où en sont les traductions car moi je n'ai pas plus que le chapitre 11,juste si c'est normal ou pas?
En tous cas j'adore j'ai hate de lire la suite!!

Eminé Fougner @ Cowboyland said...

Bonjour Lilou!

Look at the left column under Livre 1 en Français.

If you are using a smart phone to read, please check to read in "View Web version"
You will see all the French chapters there.

I'll let Elisabeth know so she can explain to you. Otherwise, please wait another week, and we will have all 30 chapters. I will put it into a pdf file for download. So you can have all 30 chapters.

<3

Elisabeth ze translator said...

oui, lorsque Emine a changé le décor du blog nous avons eu un problème avec la version pour mobile car elle s'arrête au chapitre 11. Pour celles qui lisent avec un téléphone, il faut donc descendre tout en bas du chapitre 11 (ou de n'importe quel autre) et choisir "view web version" et là oh miracle vous constaterez que nous en sommes au chapitre 29. (accessible par la colonne de gauche)
après la publication du dernier chapitre du livre 1, Eminé fera un PDF de la version française.
EM

veinarde vous allez en avoir 18 à lire d'un coup !
bizz

Anonymous said...

Merci c' est vraiment géniale après les 3 tomes je suis à fond dans votre version Mr cinquantes nuances.
je conseille votre site à tout le monde !!!

Karima Caplot said...

Bonjour, je viens de découvrir votre site et la traduction du tome 1 POV Christian, je vous remercie 1 miliards de fois car vous avez repondu à ma complainte muette.... j'ai commencé le tome 1 lundi dernier et j'ai fini le tome 3 hier, c'est dire dimanche 1 semaine pour finir les 3 tomes et je ne suis pas rassasié.... je voulais savoir si il y avait le tome2 traduit en français ou est ce dans votre projet en tout cas je vous remercie encore .... une christian Addict

Anonymous said...

J'ai découvert votre site hier soir après avoir fini le 3ème tome et les premiers chapitres version Christian. Et bien j'adore votre travail c'est vraiment génial et tellement complémentaire du tome 1! Un seul mot: BRAVO! Et peut être un 2ème: prometteur!