StatCtr

Friday, March 29, 2013

Livre I en Français - Chapitre XVI - Christian Grey et Anastasia Steele


ICARE PRES DU SOLEIL

Chapitre 16

Translated by:  Elisabeth Mazaltov
Edited by :  Helen B. and Elisabeth Mazaltov




Dédale a fabriqué deux paires d’ailes avec de la cire et des plumes, une paire pour moi et une pour lui. Elles nous permettrons de quitter l’ile pour rejoindre la terre ferme. J’ai été prévenu à plusieurs reprises qu’il fallait rester sur la trajectoire de vol et ne pas voler trop près du soleil et de la mer. Le soleil ferait fondre la cire et la mer mouillerait les ailes les rendant trop lourdes. Il essaye les ailes le premier. Il reste sur sa trajectoire de vol et se rend sur la terre ferme.

Je suis fou de joie, je me sens invincible. Je plane dans le ciel avec curiosité. Le soleil m’attire. Je ne peux échapper à son attraction. Je suis ébloui, sa chaleur et sa beauté me poussent vers lui. D’abord le soleil fait fondre mes ailes et je n’ai plus de plumes ce sont les battements de mes bras nus qui me font avancer. Je tends la main et j’essaye de m’accrocher au soleil. Bien qu’il soit brulant je l’embrasse. Je ne veux pas tomber et je sais que je vais bruler. Je veux l’enlacer. Je m’approche de lui en espérant être brulé…je le veux. Mais quand je suis contre lui, contre son rayonnement magnifique, sa luminosité m’aveugle et j’attends qu’il se dissipe mais il se meut en Anastasia, en mon sauveur. Je l’enlace et nous ne formons plus qu’un.

La chaleur est étouffante, aussi accablante que bienvenue. Je sens un mouvement. Des mains s’emparent d’elle. Je crie : «  Non ! Non ! »

Les mains l’emportent. Je m’accroche à elle comme une moule à son rocher afin qu’elle ne soit pas emportée loin de moi. Puis je sens des doigts sur ma poitrine. Anastasia aussi tente de s’accrocher à moi. Je m’agite et je gémis pour la garder contre moi. J’inhale son parfum, profondément. J’ouvre les yeux. C’était un rêve. Elle est là dans mes bras. Tout mon être est soulagé. Mon regard se pose sur ses yeux bleus de bébé endormi et je chuchote « Bonjour ». Ma tête est sur sa poitrine, mes bras et mes jambes sont enroulés autour d’elle la retenant prisonnière de mon étreinte même en dormant. Je fronce les sourcils.

« Mon Dieu, même dans mon sommeil tu m’attires. » Lentement j’extrais mes membres de son corps tout en me réveillant complètement. Je bande, mon sexe est plaqué contre sa hanche. Je remarque son regard étonné ce qui me fait sourire lubriquement.

I Melt With You - Nouvelle Vague


« Hmm… Il y à de quoi faire, mais je pense que nous devrions attendre jusqu’à dimanche. » Je frotte mon nez contre son oreille. Elle devient écarlate.

« Tu es très chaud. » murmure t’elle ce qui me fait sourire de plus belle.

« Toi aussi. » Je me frotte contre elle lascivement. Elle rougit encore plus. J’aime ses réactions. Je me mets en appui sur un coude pour la regarder, amusé. Je me penche et plante un bisou sur ses lèvres.

« Tu as bien dormi? » Elle hoche la tête.

« Moi aussi, oui vraiment très bien. » C’est incontestable j’en suis le premier étonné.

« Quelle heure est-il? » elle regarde le radio réveil.

« 7H30. » répond-elle d’une voix ensommeillée.

« 7H30... Merde. » Merde ! Merde ! Merde ! J’ai une réunion et je vais être en retard !!

Je me propulse hors du lit et saute dans mon jean. Me voir en panique semble beaucoup l’amuser d’ailleurs elle me regarde sourire aux lèvres. Moi, Christian Grey je suis en retard et affolé. Cela n’arrive jamais.

« Tu as une très mauvaise influence sur moi. J’ai une réunion. Je dois partir. Je dois être à Portland à 8 heures. Tu te fiches de moi? »

Je n’y peux rien sa réaction me fait marrer.

« Oui. »

Je souris.

« Je suis en retard. Je ne suis jamais en retard. Encore une première Mademoiselle Steele. »

J’enfile ma veste et me penche pour prendre sa tête entre mes mains.

Je murmure un « A dimanche, » lourd de promesses.

Je l’embrasse rapidement. Je collecte toutes mes affaires sur la table de nuit et je prends mes chaussures. Je les mettrai dans la voiture.

« Taylor viendra prendre ta coccinelle. Je parlais sérieusement. Ne la conduis pas. On se voit chez moi dimanche. Je t’enverrai un mail pour te dire à quelle heure. »

En un éclair je suis dehors.

Je dévale les escaliers quatre à quatre et cours à ma voiture. Une vieille dame sortie pour faire pisser Médor s’arrête brusquement en pensant que je vais lui rentrer dedans mais je lui dis « bonjour » ce qui me surprend moi-même et qui la fait sourire.

Comme je ne suis jamais en retard, je devrais être nerveux et en colère mais c’est tout le contraire, je suis ravi.  Il n’y à qu’une raison à cela. Son nom est Anastasia Steele. J’ai passé la nuit avec elle. Pas parce qu’elle était saoule, pas parce que je n’avais nul autre endroit ou dormir mais parce que je le voulais  car elle le voulait. Je me sens incroyablement reposé et je n’ai pas fait de cauchemar. Même le maquereau n’a pas pu m’atteindre cette nuit. A chaque fois qu’elle a passée la nuit avec moi j’ai super bien dormi. Ca ne peut pas être un hasard ! C’est la troisième fois.

J’enfile mes chaussures et pose mon téléphone sur sa station d’accueil. Tout en quittant le parking j’appelle Taylor  qui répond dès la première sonnerie.

« Oui Monsieur. »

« Taylor, Je suis à la bourre ce matin. Où êtes-vous? ». Il reste silencieux environ trois secondes ce qui est sa façon d’exprimer son grand étonnement. En temps normal il ne montre jamais ses émotions tout comme moi.

« Je suis au restaurant de l’hôtel Heathman Monsieur. Vos interlocuteurs sont arrivés. »

« D’accord. Occupez vous d’eux. Je serai là dans ¼ d’heure. »

« Bien Monsieur. »

« Oh Taylor, la livraison du Blackberry est prévue pour quand? »

« A 13h00. » dit-il content d’avoir réglé ce problème.

« Je rentre à Seattle aujourd’hui. Vous vous chargerez de la voiture de Miss Steele. Avez-vous parlé avec le concessionnaire? »

« Oui Monsieur. Il était étonné mais comme nous avons acheté un grand nombre de véhicules, il est disposé à en offrir un bon prix. Il connait un collectionneur qu’elle pourrait intéresser. » dit-il d’un air pincé doutant qu’un vieux tas de ferrailles puisse avoir la moindre valeur.

« Parfait.  Vous me tiendrez au courant. Attendez-moi à la porte dans dix minutes. »

« Oui Monsieur. »

Je sors de l’autoroute et me dirige vers l’hôtel. Je m’arrête et tends les clefs au voiturier qui me décroche un large sourire. Taylor m’attend à la porte.

« Combien sont-ils? »

« Quatre. J’ai réservé une salle de réunion. Ros est là. J’ai pris la liberté de lui envoyer un SMS hier soir en lui demandant de venir tôt ce matin. » dit-il impassible.

Je le regarde en biais. Il me connait vraiment bien. Quand j’entre dans la salle de réunion, Ros est en peine conversation avec les clients. Ils se lèvent tous. Taylor reste près de la porte, stoïque, il regarde droit devant lui. Je le connais suffisamment pour savoir qu’il est aux aguets. Je serre la main de chacun des participants et adresse un signe de tête à Ros. La réunion reprend. Taylor a déjà installé mon ordinateur devant mon siège. J’ai entendu ma boite mail sonner en arrivant.  J’ouvre le message, mon regard s’illumine. C’est un mail d’Anastasia. Elle a écouté mes conseils et a exprimé par écrit ses pensées et ses sentiments sur les problèmes de la nuit dernière.

__________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Coups et blessures: Le bilan
Date: 27 Mai 2011 08:06
À: Christian Grey

Cher Monsieur Grey,

Vous vouliez savoir pourquoi j’ai éprouvé de la confusion après que vous m’ayez - je ne sais quel mot choisir - fessée, punie, battue, agressée. Eh bien durant votre assaut je me suis sentie méprisée, avilie et maltraitée. Mais j’ai été mortifiée de constater, et vous aviez raison, que ça m’a aussi excitée, ce qui est surprenant sachant combien je me suis sentie humiliée. Comme vous le savez, tout ce qui relève de la sexualité est nouveau pour moi. D’un certain côté j’aurais souhaité être plus expérimentée et donc mieux préparée. Ca m’aurait aidé à comprendre. Ca m’a choqué d’être  excitée. Ce qui m’a vraiment contrarié c’est-ce que j’ai ressenti après. Et ça c’est plus difficile à exprimer.

Tu vois j’étais heureuse que tu sois heureux. Je me suis également sentie soulagée que ça ait été moins douloureux que je ne le pensais. Et quand j’étais dans tes bras je me suis sentie repue.

Mais je me sens mal, en fait je me sens coupable de ressentir cela. Ca ne me correspond pas et je suis désorientée. Cela répond-il à ta question ?

J’espère que l’univers des fusions et acquisitions est toujours aussi stimulant… et que tu n’as pas été trop en retard. Merci d’être resté avec moi.

Ana
__________________________________________
Je suis complètement soulagé de lire ses impressions concernant la punition que je lui ai infligée. J’ai vraiment eu peur pour elle cette nuit,  et j‘ai eu la trouille qu‘elle  me file entre les doigts après la façon dont je l’ai punie. Elle réagit comme l’aurait fait Tess D’Urbervilles. Evidemment ça n’est pas étonnant car elle avait choisi l’avilissement. Je lui écris une réponse séance tenante. Ros anime la réunion et j’observe en faisant acte de présence.
__________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Libérez votre esprit
Date: 27 Mai 2011 08:25
À: Anastasia Steele

L’objet de votre message est intéressant…  quoi qu’un peu exagéré Miss Steele. Le mot qui convient est fessée puisque c’est de cela qu’il s’agit. Donc vous vous êtes sentie méprisée, avilie, maltraitée, on croirait entendre Tess D’Urbervilles. Je crois me souvenir que vous aviez opté pour l’avilissement. Est-ce réellement ce que vous ressentez ou est-ce ce que vous pensez devoir ressentir ? Ce sont deux choses très différentes. Si c’est-ce que vous ressentez, pensez-vous pouvoir essayer d’assumer ces sentiments  pour moi ? C’est  ce que ferait une soumise. Je vous suis reconnaissant pour votre inexpérience. Elle m’est précieuse et je commence seulement à comprendre ce qu’elle implique. Tout simplement… elle signifie que vous êtes à moi sur tous les plans.

Oui, tu étais excitée ce qui était excitant pour moi, il n’y à rien de mal à ça. Heureux, le mot est faible pour décrire ce que je ressens. En extase est plus proche de la vérité.

La fessée de punition est bien plus douloureuse que la fessée sensuelle- ça ne sera jamais plus dur que cela, sauf bien sûr si tu commets une transgression majeure auquel cas j’utiliserai un instrument pour te punir. Ma main est très douloureuse mais j’aime ça. Moi aussi je me sens repu, plus que tu ne peux l’imaginer.

Ne gaspille pas ton énergie à te sentir coupable, à penser que tu as fait quelque chose de mal etc… Nous sommes des adultes consentants et ce que nous faisons en privé reste entre nous. Tu dois libérer ton esprit et écouter ton corps. Le monde des fusions et acquisitions n’est pas aussi stimulant que toi Miss Steele.


Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

Je clique sur envoyer tout en approuvant de la tête un point que Ros expose aux clients potentiels. Je prends une mine intéressée. Je m’adosse dans mon siège. En moins de deux minutes la réponse d’Anastasia arrive dans ma boite mail. Ma respiration s’accélère sous le coup d’une émotion contenue. Je déplace ma souris et clique sur « ouvrir »
__________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Adultes Consentants!
Date: 27 Mai 2011 08:27
À: Christian Grey

N’es tu pas censé être en réunion ? Je suis bien contente que ta main te fasse mal. Et si j’écoutais mon corps, à l’heure actuelle je serais en Alaska.

Ana
PS: Je réfléchirai au fait d‘assumer ces sentiments.
__________________________________________

Nous sommes guillerets ce matin, j’adore ça. Elle plaisante avec moi, parfois même quand elle n’en a pas envie. C’est à la fois incroyablement sexy et frustrant. Son post scriptum me rend optimiste et je soupire de soulagement. Je lui envoie un mail après avoir répondu à une question simple à propos des futurs marchés.
__________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Tu n’as pas appelé les flics
Date: 27 Mai 2011 08:36
À: Anastasia Steele

Miss Steele,

Puisque vous semblez intéressée, je suis en réunion  sur les marchés à terme. Pour la petite histoire, vous étiez à côté de moi en sachant pertinemment ce que j’allais faire. A aucun moment durant votre punition, vous ne m’avez demandé d’arrêter pas plus que vous n’avez utilisé le mot de sécurité.  Vous êtes une adulte et vous avez votre libre arbitre. Très sincèrement, j’attends avec impatience la prochaine fois que ma main me fera mal. Manifestement vous n’écoutez pas la bonne partie de votre corps.

L’Alaska est très froid et il n’y à aucun endroit où se cacher. Je vous retrouverais. Je peux tracer votre téléphone, vous vous en souvenez ?

Va bosser.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

L’Alaska … Bébé, je pourrais te retrouver même à l’autre bout du monde. Prends ça dans les dents Miss Steele ! J’appuie sur envoyer. Bien sûr, elle ne perd pas de temps pour me répondre. Elle se sert de son portable pour faire aller sa grande gueule que j’aimerais apprivoiser.
__________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Harceleur
Date: 27 Mai 2011 08:37
À: Christian Grey

Avez vous songé à faire une thérapie pour vos tendances au harcèlement?
Ana
__________________________________________

Bien sûr je m’attendais à ce qu’elle dise cela. Je souris en tentant de ne pas avoir l’air niais devant les participants à la réunion.
__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Harceleur? Moi?
Date: 27 Mai 2011 08:39
À: Anastasia Steele

Je paie le Dr Flynn une petite fortune à cet effet.
Va bosser.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

Bien sûr elle va rester en ligne et continuer à batailler avec moi.

__________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Les charlatans hors de prix
Date: 27 Mai 2011 08:41
À: Christian Grey

Puis-je vous suggérer humblement de demander un deuxième avis ? Je ne crois pas que le Dr Flynn soit très efficace.

Mademoiselle Steele
__________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Deuxième avis
Date: 27 Mai 2011 08:44
À: Anastasia Steele

Ca ne te regarde pas, mais le Dr Flynn est déjà le deuxième avis. Il va falloir que tu fonces avec ta nouvelle voiture  pour ne pas être en retard, ce qui te fera courir un danger inutile. Cela est contraire aux règles.

VA BOSSER

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

Va t’elle se décider à m’écouter ? Comme de bien entendu je vois arriver un  nouveau message.
__________________________________________

De: Anastasia Steele
Objet: HURLER EN MAJUSCULES
Date: 27 Mai 2011 08:48
À: Christian Grey

En ma qualité de victime de vos tendances au harcèlement je pense que ça me regarde. Je n’ai encore rien signé. Donc les règles je m’en tamponne. Et je ne commence qu’à 9H30.

Mademoiselle Steele

__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Linguistique descriptive
Date: 27 Mai 2011 08:50
À: Anastasia Steele

Tu t‘en tamponnes? Je ne crois pas que ça soit dans le dictionnaire.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

De: Anastasia Steele
Objet: Linguistique descriptive
Date: 27 Mai 2011 08:53
À: Christian Grey

Si ! Ca se trouve entre harceleur et maniaque du contrôle. En ce qui me concerne, la linguistique descriptive est une limite à ne pas franchir.
Pourriez- vous cesser de me déranger maintenant? J’aimerais aller travailler dans ma nouvelle voiture.

Ana
__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Insolente mais amusante jeune personne
Date: 27 Mai 2011 08:56
À: Anastasia Steele

Ma main me démange. Conduisez prudemment Miss Steele.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

Trente minutes plus tard la réunion est terminée. Toutefois, Ros et moi restons dans la salle afin d’étudier quelques dossiers et discuter de notre projet d’acquérir un nouveau chantier naval en Asie afin de limiter les frais généraux.

Il est près de 11 heures quand Ros repart pour Seattle. Je dois aussi partir sous peu. Je retourne dans ma suite, Taylor s‘est bien évidemment chargé de tout préparer pour le départ. Il entre.

« Monsieur, le Blackberry pour Miss Steele est en cours de livraison. Elle devrait l’avoir d’ici une heure. Il est chargé à bloc, tout est installé y compris l’ensemble de vos coordonnées ainsi que sa boite mails. J’ai également configuré son numéro dans votre appareil » dit-il d’un ton teinté de fierté. Je hoche la tête. Taylor devrait s’appeler efficace.

« Quand Mademoiselle Steele quittera son travail ce soir, allez la voir et récupérez sa voiture puis déposez la chez le concessionnaire. Ensuite revenez à Seattle. »

« Oui Monsieur. »

Je tape un nouveau message pour Anastasia. Elle pourra le lire dès que son Blackberry lui aura été livré.
__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Blackberry (il s’agit d’un PRÊT)
Date: 27 Mai 2011 11:16
À: Anastasia Steele

Je dois pouvoir te contacter à tout moment, et puisque tu ne communiques franchement que par mail j’ai pensé qu’il te fallait un Blackberry.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

Bien que je sache qu’elle va piquer une crise en recevant encore un nouveau gadget de ma part, je veux, non, en fait j’ai besoin de pouvoir la contacter à n’importe quel moment. Il faut que je sache où elle est, comment elle va et avec qui elle est. J’ai besoin d’exercer le contrôle. Je ne connais rien d’autre. Elle est à moi et je suis possessif. Je ne partage pas.

__________________________________________

De: Anastasia Steele
Objet: Consommation compulsive
Date: 27 Mai 2011 13:23
À: Christian Grey

Je pense que tu devrais appeler le Dr Flynn tout de suite. Tes tendances au harcèlement sont hors de contrôle. Je suis au boulot. Je t’écris quand je rentre. Merci pour ce nouveau gadget. Je n’avais pas tort en disant que tu es un consommateur compulsif. Pourquoi fais tu ça?

Ana
__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Si jeune et si perspicace
Date: 27 Mai 2011 13:25
À: Anastasia Steele

Bien vu comme toujours Miss Steele. Le Dr Flynn est en vacances. Et je le fais parce que je le peux.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

En pensant aux choses que je peux faire, je n’ai pas envie de demander à mon médecin de régler les problèmes de contraception d’Anastasia. D’abord parce que c’est un homme. Je ne veux pas qu’un autre type regarde l’intimité d’Anastasia, même s’il est médecin.  Je vais faire venir la meilleure gynécologue. Andrea vient à l’instant de me confirmer le rendez-vous. La gynéco viendra à l’Escala Samedi à 13H30. Quand l’argent n’est pas un problème, on trouve toujours du temps pour s’occuper de vous.

C’est une des choses que j’aime dans le fait d’avoir beaucoup d’argent. Ca permet de faire les choses à votre idée… La plupart du temps. Dès qu’il s’agit de Miss Steele rien n’est moins sûr. Je lui adresse un autre mail pour l’informer de l’heure de son rendez-vous. Je ne vais pas tarder à partir et j’ai hâte de rentrer. J’ai passé une semaine ici et j’ai envie de rentrer à Seattle pour me consacrer à certain dossier et retrouver mon chez moi.

__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Dimanche
Date: 27 Mai 2011 13:40
À: Anastasia Steele

Puis je te voir dimanche à 13 H? Le médecin viendra à 13H30. Maintenant je pars pour Seattle. J’espère que ton déménagement se passe bien. Je suis impatient d’être à dimanche.

Christian Grey PDG Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

La circulation est fluide mais je trouve la route un peu longue. Je veux arriver en ville avant l’heure d’affluence. La musique fait passer le temps. J’écoute « kings of Leon. » J’ai mis la musique à fond, c‘est la chanson « Closer. » (Plus près)  Ma respiration s’emballe quand il chante « Elle a pris mon cœur et mon âme. » Est ce qu’Anastasia m’a fait ça ?

Closer - Kings of Leon

Je chantonne avec lui le cœur serré :

Toi tu as secoué mon être
Me laissant éperdu d’amour
Est-ce que tu penses à moi ?
Où suis-je maintenant?
Bébé où est-ce que je dors ?

Pense-t’elle à moi aussi souvent que je pense à elle? La peur me saisit en chantant ses paroles. Elle a ébranlé mes fondations. Je laisse échapper un soupir de soulagement à la fin de la chanson. Les paroles tournent dans ma tête comme un disque rayé, encore et encore. « Est-ce que tu penses à moi? Est-ce que tu penses à moi ? Est-ce que tu penses à moi Anastasia ? » Je secoue la tête pour éclaircir mes pensées. Quand j’arrive à l’Escala il est 17 heures passé. Je me gare et file rapidement vers les ascenseurs. Je tape le code et l’ascenseur m’emporte doucement vers mon appartement. Madame Jones vient à ma rencontre.

« Bienvenu Monsieur Grey. Dois-je préparer votre diner Monsieur? »

« Oui. Je dinerai dans ¼ d’heure Madame Jones. » Je vais dans ma chambre. Je pose soigneusement ma veste sur la chaise et prends une douche rapide. J’enfile mon jean noir et une chemise en lin blanc. Je reste pieds nus. Je me sers du vin qui accompagnera parfaitement le délicieux poisson que Madame Jones a cuisiné. Je compose le numéro d’Anastasia. Elle devrait avoir quitté son boulot, mais elle ne répond pas. Je fronce les sourcils. Je contrôle l’heure, il est 17h30 passé. Je décide d’appeler Taylor.

« Oui Monsieur. »

« Où êtes-vous ? »

« Je viens de déposer la voiture de Miss Steele et j’ai récupéré le paiement Monsieur. Je suis en route pour l’hôtel afin de prendre la SUV Monsieur. »

« Que faisait Miss Steele ? »

« Elle et sa colocataire avaient terminé la moitié de leurs cartons. » Je soupire de soulagement. Donc elle était occupée mais chez elle.

« Vous A-t-elle dit quelque chose ? »

« Elle m’a demandé depuis combien de temps je travaille pour vous. »

« Et c’est tout ? »

« Oui Monsieur. Je ne suis resté que le temps nécessaire pour qu’elle récupère toutes ses affaires qui étaient dans le véhicule. »

« Quand partez vous ? »

« D’ici une demi heure Monsieur. »

« Je vous donnerai le planning pour demain quand vous serez rentré. »

« Bien Monsieur. »

Je coupe la communication.

Je termine mon repas et me rends dans mon bureau. Le téléphone sonne. Je réponds avec enthousiasme en pensant que c’est Anastasia.

Je susurre « Hellooo » sans vérifier le numéro qui s’affiche.

« Oh c’est cro mignon ! » C’est Elliott goguenard.

Merde ! Je ne veux pas lui donner matière à se foutre de ma gueule.

« Quoi de neuf Elliot ? » dis-je en reprenant mon ton habituel.

« Rien de particulier. Je voulais juste savoir à quelle heure Mia arrivera demain. »

Je lui donne l’information.

« Bien, merci de la récupérer frérot. Je te rends la pareille en aidant ta petite amie à déménager ! » dit-il en plaisantant.

« Quoi? Ta petite amie a changé d’avis et ne déménage plus ? » Moi aussi je peux le mettre en boite.

« Bien sûr que non !  On ne peut jamais rigoler avec toi ! Bon je suis en route pour leur appartement. Tu veux que je lui dise un truc de ta part ? Il se fout encore de ma gueule ce bâtard.

« Rien que je ne puisse lui dire moi-même. Merci. »

Je coupe la communication.

Cette conversation m’a rendu jaloux. Lui va voir Anastasia et pas moi. Bon sang, je n’arrive même pas à la joindre ! C’est la troisième fois que j’essaye et elle ne décroche pas ! Ca me gave ! Je veux pouvoir la joindre à tout moment par téléphone ou par mail. C’est trop lui demander de décrocher son téléphone ou de répondre à ses mails ?

J’essaye de me raisonner en me disant qu’elle déménage demain et qu’elle a peut être empaqueté son portable. Mais elle n’a quand même pas mis son téléphone dans un carton ?

Je suis censé aller à un dîner de charité. Mon esprit est focalisé sur Anastasia. Ce dîner fera diversion, ça me donnera quelque chose à faire. Je sors de mon bureau et me rends dans mon dressing. C’est une soirée « black tie. » Je prends mon smoking et en cherchant un nœud papillon ma main se pose sur la cravate en soie grise que je caresse doucement. Je ferme les yeux et tente de contrôler ma respiration. Qu’est-ce qu’elle m’a fait en si peu de temps ? Qu’est-ce qui m’arrive ? Je ne me suis jamais attaché à une femme comme cela. Même pas quand je croyais être amoureux d’Elena.

J’enfile chaussettes et chaussures et avant de partir je rappelle Anastasia. Pas de réponse. Je fais les cent pas dans le living en me passant les deux mains dans les cheveux. Elle a dit qu’elle m’appellerait en rentrant du boulot et elle n’a pas tenu parole. Je rappelle. Ca sonne quatre fois et son répondeur se déclenche. Cette fois je lui laisse un message de mécontentement :

« Anastasia, je crois que tu n’as pas saisi ce que j’attends de toi. Je ne suis pas un homme patient. Si tu dis que tu vas me contacter en sortant du travail aie la courtoisie de le faire. Sinon je m’inquiète et l’inquiétude n’est pas une émotion familière pour moi. Je ne la supporte pas très bien. Appelle- moi. » Je raccroche.

C’est vachement frustrant ! Si elle était dans les parages, je prendrais ma bagnole pour que ma main puisse s’exprimer à nouveau ! Pour le moment je dois faire une apparition à un dîner de charité. Je vais y aller, dire bonjour, faire un chèque et rentrer. Je me propulse hors de chez moi la tête préoccupée par Anastasia.

*****

Il est 22H00 passé et je n’ai toujours reçu ni appel ni mail de sa part. L’inquiétude me taraude. Qu’est-ce qui ne va pas ? Pourquoi elle ne m’a ni téléphoné ni envoyé un mail ? Elle avait dit qu’elle le ferait. Quelque chose à du arriver. Je ne peux pas rester dans l’expectative et je lui envoie un mail avec mon Blackberry :

__________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Où es tu ?
Date: 27 Mai 2011 22:15
À: Anastasia Steele

« Je suis au travail, je t’écris quand je rentre» C’est-ce que tu as écrit tout à l’heure. Es- tu toujours au travail ou as-tu emballé ton téléphone, ton Blackberry et ton MacBook ? Appelle- moi, ou je serai obligé d’appeler Elliot. Je sais qu’il est dans le coin.

Christian Grey PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
__________________________________________

Une fois mon mail envoyé je présente mes respects et salue d’un signe de tête les bonnes femmes qui me reluquent alors que c’était bien la dernière chose que j’avais envie de faire. Je quitte l‘immeuble en toute hâte. Le voiturier ramène ma bagnole et je desserre mon nœud papillon une fois à l’intérieur. Je conduis aussi vite que possible. J’attends à peine quinze secondes que la porte du garage se soulève et me propulse à l’intérieur avec impatience. Je me gare sur un de mes emplacements. Je sors et appuie sur le bouton d’appel de l’ascenseur. Je ne les verrai plus jamais de la même manière. A chaque fois que j’en prends un, je pense à elle. Je ferme les yeux pendant toute la montée vers mon appartement. En rentrant chez moi je soupire et me verse un verre de vin puis je retire ma veste et vais m’installer au piano.

Suffocation - Chopin

J’ai toujours cette manie de jouer une mélodie triste, répétitivement… encore et encore. La musique est mélancolique et cafardeuse et je me noie dans un chagrin inconnu.

Environ une demi-heure plus tard, mon téléphone vibre dans ma poche. Cette fois, je regarde le numéro qui appelle. C’est Anastasia. Je me sens instantanément soulagé. Elle s’est enfin décidée à appeler.

« Salut. » dis-je doucement. Elle reste silencieuse quelques instants puis répond: « Salut. »

« J’étais inquiet. »

Nocturne - The Secret Garden

« Je sais. Je suis désolée de ne pas avoir répondu mais je vais bien. » Je me penche vers le piano, le soulagement fait place à l’oppression. Les yeux toujours clos, j’essaye d’atteindre la paix intérieure.

« As-tu passé une bonne soirée ? » et peux tu imaginer la tempête que tu as déclenchée dans mon âme tourmentée ? Rien que le son de ta voix me libère de mon oppression et de mon désarroi. Je respire doucement.

« Oui, on a fini les cartons, ensuite avec Kate nous sommes allées acheter des plats chinois, José était là aussi. »

En entendant son nom je sens l’angoisse m’envahir à nouveau. Je me calme en me disant que c’est elle qui m’appelle et qu’elle me parle gentiment. Elle est toujours à moi.

« Et toi ? » me demande t’elle.

Respire Grey, respire. Finalement je soupire, je capitule… pour le moment.

« Je suis allé à un dîner de charité. C’était chiant à mourir. Je suis parti dès que j’ai pu. » Je suis incapable de cacher la tristesse et la résignation dans ma voix.

Elle murmure: « J’aimerais que tu sois là. »

« Vraiment ? » Je suis affreusement triste et j’ai le cœur serré. Je viens seulement de réaliser à quel point j’ai  peur de la perdre.

« Oui. » Je ferme les yeux, prêt à la croire. Finalement je soupire.

« On se voit dimanche ? » Je redoute sa réponse.

« Oui, Dimanche. »

« Bonne nuit. » Je ne veux pas la lâcher.

« Bonne nuit Monsieur. » Elle me prend complètement par surprise. Elle arrive à me sortir de ma prostration avec trois putains de mots !

« Bonne chance pour ton déménagement Anastasia. » dis-je doucement. Et nous restons là tous les deux plantés au téléphone comme des adolescents, aucun de nous ne voulant raccrocher.

« Tu raccroches. » Murmure- t’elle. Ca me fait sourire.

« Non, toi tu raccroches. »

« Je n’ai pas envie. » Ca me donne furieusement envie qu’elle soit là… Dans mes bras.

« Moi non plus. »

« Tu étais très fâché contre moi ? »

« Oui. »

« Tu l’es toujours ? »

« Non. »

« Tu ne vas pas me punir ? »

« Non, je suis du genre spontané. »

« J’avais remarqué. »

« Vous pouvez raccrocher maintenant Mademoiselle Steele. »

« Vous y tenez vraiment, Monsieur ?» Ca fait bondir mon cœur dans ma poitrine.

Je suis à présent complètement soulagé, je finis par dire « Va te coucher Anastasia. »
 
« Oui Monsieur. » Mais nous restons tous les deux suspendus au téléphone.
« Tu crois que tu arriveras un jour à faire ce qu’on te dit ? » Je suis à la fois amusé parce que je la trouble autant qu’elle m’émeut, mais aussi exaspéré parce qu’elle n’a pas une once d’obéissance dans tout le corps. Je soupire.

« Peut être. Nous verrons cela Dimanche. » Puis elle raccroche.

Que vais-je faire de toi Anastasia ? Pire encore, que ferais-je sans toi ? Lentement je me dirige vers ma chambre en pensant à elle. Cinq minutes plus tard je suis couché, je sombre dans le sommeil en songeant à son sourire timide.

With or Without You - U2



1 comment:

Julie RION said...

Bonjour,

J'adore le début du chapitre, c'est super bien écrit, BRAVO

Toujours un plaisir de passer par le blog aussi bien en français qu'en anglais...

Bon we...

bye...

Julie
XXX
http://lejardindelapetitelune.blogspot.com