StatCtr

Saturday, February 1, 2014

Tome II en Français - Chapitre IV - Christian Grey et Anastasia Steele

L’HEURE DES SUPPLIQUES…

Tome 2, chapitre 4

Traduit par: Elisabeth Mazaltov

Edité par: Elisabeth Mazaltov et Hélène B.



Aujourd’hui je pète la forme, je me sens invincible comme si j’étais le roi du monde. 

I'm Feeling Good by Michael Buble

C’est fou comme les choses peuvent changer d’un jour à l’autre !
Au saut du lit je pars m’entraîner avec Taylor. Nous sommes manifestement tous les deux détendus. Comme toujours il arbore son visage impassible mais il ne me regarde plus toutes les cinq secondes pour vérifier que je ne vais pas péter un plomb et piquer une gueulante.
En remontant chez moi je constate que Madame Jones est toute fringante bien que ses manières et l’expression de son visage soient très professionnelles.
« Monsieur Grey, j’ai pris la liberté de vous préparer des pancakes, du bacon et une omelette. Votre café est prêt. Désirez-vous autre chose Monsieur ? » demande-t-elle avec allégresse.
« Non merci Madame Jones. » Je la regarde d’un air étonné ce dont elle n’a cure en retournant bousiner dans la cuisine.
Je souris. Leur entrain déteint sur moi. Je suis heureux de prendre mon petit déjeuner et avale une grande gorgée de café. Mais soudain je me souviens qu’Anastasia n’a pas mangé depuis plusieurs jours et avant que ça me coupe l’appétit, je me dépêche de lui envoyer un mail avec mon Blackberry.
_______________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Alors aide-moi ...
Date: 10 Juin, 2011 08:05
À: Anastasia Steele
J’espère que tu as pris un petit déjeuner.
Tu m’as manqué la nuit dernière.
Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc. _______________________________________________

J’ignore si elle est déjà au boulot mais je veux être sûr qu’elle a quelque chose dans le ventre. Je ne supporte pas de la voir dépérir sous mes yeux. Je suis complètement gaga tellement je l’aime !
Une fois mon petit déj terminé, je vais prendre une douche et me prépare pour aller bosser. J’ai une grosse journée qui m’attend. Un sourire niais est imprimé sur mon visage parce que je sais que je vais la voir ce soir. Je suis dans mon bureau et prêt à partir lorsque mon Blackberry vibre annonçant l’arrivée d’un message.

_______________________________________________

De: Anastasia Steele
Objet: Vieux livres...
Date: 10 Juin, 2011 08:33
A: Christian Grey
Je mange une banane tout en tapant ce message. Comme je n’ai pas pris de petit déjeuner depuis plusieurs jours c’est déjà un progrès. J’adore l’application British Library. J’ai commencé à relire Robinson Crusoe … et bien sûr je t’aime. Maintenant laisse moi tranquille, j’essaie de travailler.
Anastasia Steele
Assistante de Jack Hyde, Editeur, SIP
_______________________________________________

Elle ne mange qu’une banane ? Il te faut quelque chose de plus consistant bébé. Et pour faire tout ce qui me trotte en tête, elle va avoir besoin de protéines… De beaucoup de protéines. Rapido je tape une réponse.
_______________________________________________
De: Christian Grey
Objet: C‘est tout ce que tu as mangé?
Date: 10 Juin 2011 08:36
À: Anastasia Steele
Tu peux faire mieux que ça bébé. Il va te falloir de l’énergie pour me supplier.
Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc. _______________________________________________

Allez bébé ! Tu sais bien que je fais une fixette sur la nourriture … Ça me tue de savoir qu’elle ne se nourrit pas assez alors que je peux lui offrir tout ce dont elle a besoin. Mange bébé s’il te plait ! Elle ne met pas longtemps à répondre. Je suis excité comme une puce.
_______________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Chieur
Date: 10 Juin, 2011 08:39
À: Christian Grey

Monsieur Grey, j’essaye de travailler pour vivre et c’est vous qui me supplierez.
Anastasia Steele
Assistante de Jack Hyde, Editeur, SIP _______________________________________________

Quelle crâneuse vous êtes Mademoiselle Steele ! Je pense que ça sera l’inverse. J’ai encore quelques trucs dans ma manche…
_______________________________________________

De: Christian Grey
Objet: Chiche!
Date: 10 Juin 2011 08:41
À: Anastasia Steele
Eh bien Mademoiselle Steele, j‘aime les défis ...
Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc. _______________________________________________

Je suis con ! Pourquoi je souris aussi niaisement alors que j’étais au 36ème dessous il y a moins de 24 heures… J’ai tellement de travail à faire et Taylor qui m’attend à la porte avec son visage de marbre. La seule chose qui laisse deviner son changement d’humeur est une petite lueur dans son regard. Je secoue la tête en songeant à l’émerveillement qu’elle suscite en chacun de nous… Elle est unique.  Et qu’elle soit encore à moi me propulse au sommet : je suis le roi du monde ! 

I’m on Top of the World by The Carpenters

Taylor et moi levons le camp pour aller au bureau. Le trajet se passe sans encombre car nous sommes partis après l’heure de pointe. Etre son propre patron présente de nombreux avantages dont celui d’être libre de ses horaires.
Dès que j’arrive à mon étage Andréa et la stagiaire -dont je ne me souviens jamais du nom- se lèvent d’un bond. Elles semblent soulagées en constatant que je ne suis plus d’une humeur à trucider la terre entière et cela bien que j’ai cessé de sourire comme un abruti. J’ai retrouvé mon air habituel c’est à dire impassible. Andréa regarde la stagiaire et lui fait un signe des yeux. Dès qu’elle a pigé le message, les yeux de la stagiaire se mettent à clignoter comme une guirlande de noël.
« Monsieur Grey, voulez vous un café ? »
Andréa est mortifiée. C’est la routine, elle n’a pas à demander, elle m’amène un café point barre. Je laisse pisser pour cette fois car je suis d’excellente humeur.
« Et de l’eau s’il vous plait. » Andréa est sur le cul que je ne la fusille pas du regard.
J’entre dans mon bureau, Andréa sur mes talons. Comme à son habitude, Taylor se met dans un coin, debout, regardant droit devant lui, imperturbable.
« Monsieur, nous devons regarder votre programme du jour. » Je lève une main avant qu’elle poursuive.
« Andréa, je vais vous donner un nom que vous communiquerez aussi à la stagiaire. » Je fais un signe du pouce en direction de l’endroit où se trouve la stagiaire. « Il est impératif de vous en souvenir. Ce nom est plus important que tout le reste, client, dossier ou société, quiconque veut entrer en contact avec moi. Si cette femme appelle, quelle qu’en soit la raison, même si c’est pour dire bonjour, peu importe ce que je suis en train de faire, je vous demande de me la passer immédiatement. »
Andréa fait un pas en arrière pour ne pas tomber en entendant le mot « femme »
« Une femme Monsieur? C’est un appel professionnel? ». Elle recherche frénétiquement dans mon agenda d’aujourd’hui un quelconque rendez vous avec une femme. « Je n’ai pas noté de rendez vous ni d’entretien avec une dame aujourd’hui… Monsieur. » dit-elle confuse.
« Bon je répète, peu importe que je sois dans une réunion de la plus haute importance … On s’en tape, même si je m’entretiens avec le Président des Etats Unis. Si elle appelle, on me la passe séance tenante. Elle n’est pas sur votre liste. Elle n’a pas besoin de rendez vous pour me joindre. Si elle m’appelle vous devez me la passer immédiatement ! »
« Quel est son nom Monsieur ? »
Fièrement je réponds : « Anastasia Steele »
« Quelles sont ses fonctions Monsieur ? Dans quel service travaille-t-elle ? »
« C’est la petite amie de votre patron, et vous feriez bien de vous en souvenir ! C’est ça sa fonction, elle n’a besoin de rien d’autre. » Andréa fait de son mieux pour garder une contenance  professionnelle mais elle échoue lamentablement tant elle est surprise. Taylor essaye de ne pas sourire mais lui aussi se plante piteusement. Du coup il fixe son attention sur je ne sais quel objet pour penser à autre chose. Andréa se reprend et se met à couiner d’une voix haut perché : « Je suis désolée Monsieur, J’ai cru que vous aviez dit  heu … la petite ami de votre patron… C’est-à-dire la petite amie de mon patron… Enfin, heu… votre petite amie quoi… Est-ce bien ce que vous avez dit Monsieur ? Je voudrais être sûre, enfin heu … Je vérifie... » Elle s’emmêle les pinceaux et devient complètement cramoisie. Je suis sur le cul ! Ils me croyaient tous PD !
« Oui Andréa, j’ai bien dit « petite amie ». Ma petite amie s’appelle Anastasia Steele. Si elle téléphone, quoi que je fasse on me la passe à la seconde ! » Dis-je en regardant Andréa qui à l‘air d‘une poule qui a trouvé un couteau.
« Bien sûr Monsieur. Je vais prévenir la stagiaire. » Elle tente d’évacuer le plancher.
« Andréa »
Elle se retourne : « Monsieur ? »
« Les rendez vous ? » dis-je en haussant les sourcils.
Elle est aussi rouge qu’une tomate et tente de retrouver sa contenance. Je me demande quel est le nombre de mes employés qui me croient homosexuel… Ceci dit je me fous complètement de ce qu’ils pensent.
Je remarque que Taylor fait semblant de tousser pour cacher qu’il se bidonne ce qui n’était jamais arrivé jusque là. Rapidement il se recompose un visage de marbre.
Bien que j’aie beaucoup de travail, j’ai du mal à contenir mon excitation à l’idée d’aller chercher Anastasia. Je ne cesse de regarder l’heure, incapable de me concentrer alors qu’il y a une tonne de boulot, et des rendez vous en pagaille. A vrai dire des semaines ne suffiraient pas pour endiguer tout ce travail. Mais j’ai la tête ailleurs.
Alors que je suis en plein milieu d’une réunion dont l’objet est un téléphone cellulaire fonctionnant à l’énergie solaire que nous développons actuellement, mon Blackberry vibre dans ma poche ce qui m’annonce l’arrivée d’un mail. Je reçois des centaines de mails par jour mais je bondis à chaque fois en espérant que ça soit un mail d’Anastasia. Je suis tout content en découvrant que celui-ci est bien d’elle. Me trouvant en présence de l’équipe d’ingénieurs et de l’équipe en charge de la fabrication, je fais de mon mieux pour ne pas sourire comme un crétin. Je parviens triomphalement à conserver un visage impassible.

_______________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Je m’ennuie…
Date: 10 Juin, 2011 16:05
À: Christian Grey
Je me roule les pouces. Comment vas-tu ?
Que fais-tu ?
Anastasia Steele
Assistante de Jack Hyde,  Editeur, SIP _______________________________________________

Comment des mots d’une telle banalité peuvent ils me mettre dans un état pareil ? Mais voilà, elle y arrive ! Elle m’envoie trois petites lignes de rien du tout et moi, un type qui pourtant connait la vie, ça me met dans tous mes états. Elle roule ses pouces humm ? Si seulement elle était là, je trouverais bien des moyens de les occuper ses pouces… Entre deux échanges sur les téléphones cellulaires et les possibilités de créer des batteries universelles,  je lui envoie une réponse:
_______________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Tes pouces
Date: 10 Juin, 2011 08:15
A: Anastasia Steele
Tu aurais du accepter de travailler pour moi. Tu ne te tournerais pas les pouces. Je suis sûr que je pourrais leur trouver un meilleur usage. En fait j’ai quelques idées en tête… Je m’adonne aux habituelles et monotones fusions et acquisitions.
Tout cela est très chiant. Tes emails à SIP sont surveillés.
Christian Grey
PDG Distrait, Grey Enterprises Holdings Inc. _______________________________________________

Evidemment, je veux qu’elle fasse gaffe à ce qu’elle raconte, surtout que les mails sont archivés et pourraient être interceptés et lus par une tierce personne. Je sais que c’est comme ça chez SIP, et pour cause, je possède cette boîte maintenant.
Je ne reçois plus d’autre message d’elle pourtant il faut que je sache où je dois passer la prendre. Elle ne me l’a pas dit. Je suis également impatient de rencontrer son patron - enfin pas tant que ça, mais s’il a dans l’idée de mettre la main sur ma copine, il faut que je fasse passer le message pour qu’il comprenne à qui elle appartient. Il ferait bien de garder ses mains dans ses poches…
Avant de quitter GEH j’appelle Taylor.
« Avez-vous exécuté mes instructions concernant la voiture d’Anastasia ? »
« Oui Monsieur. J’ai garé la voiture dans son parking. Elle est à sa disposition. »
« Parfait ! » J’ai autre chose à dire mais mon Blackberry vibre, je lève un doigt pour qu’il patiente une minute.
_______________________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Un endroit fait pour toi
Date: 10 Juin, 2011 17:36
A: Christian Grey
Nous allons dans un bar qui s’appelle le Fifty’s. Une source de plaisanterie que je pourrais exploiter à l’infini. J’ai hâte de vous y retrouver Monsieur Grey.

A x
 _______________________________________________

Je suis ravi qu’elle utilise son Blackberry. Elle est donc parfois capable d’écouter ce qu’on lui dit et ça me fait plaisir. Je tape une réponse séance tenante.
_______________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Coïncidences
Date: 10 Juin, 2011 17:38
À: Anastasia Steele
Exploiter est une activité très, très dangereuse.
Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
 _______________________________________________

Elle ne perd pas de temps pour répondre.
_______________________________________________

De: Anastasia Steele
Objet: Coïncidences?
Date: 10 Juin, 2011 17:40
À: Christian Grey

Ce qui veut dire?
_______________________________________________

Bébé, si tu veux vraiment le savoir tu n’auras aucun mal à le découvrir.
_______________________________________________
De: Christian Grey
Objet: Simplement...
Date: 10 Juin, 2011 17:42
À: Anastasia Steele
C’était juste une remarque comme ça Mademoiselle Steele. Je te rejoins. A tout de suite bébé.
Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
_______________________________________________

Je suis ravi à l’idée de la voir. Elle m’a énormément manqué. Je ne suis pas certain de pouvoir être séparé d’elle plus de 24 heures. J’ai besoin d’être avec elle. En fait, le plus que je puisse supporter c’est une journée … mais uniquement aux heures de boulot, et même ça c’est déjà trop !

No Ordinary Love by Sade

Je me tourne vers Taylor qui attend mes instructions.
« On y va Taylor. Connaissez vous un bar nommé le Fifty’s, situé près du bureau d’Anastasia ? »
« Oui Monsieur, est-ce là que nous allons ? »
« En effet. »
Taylor me dépose et je lui demande d’attendre. J’ai envie de récupérer ma femme et de rester seul avec elle. Le Fifty’s est un bar quelconque à l’ambiance de caverne, décoré avec des posters et des fanions de base-ball sur les murs. Je la repère en moins d’une minute. Elle porte un jean et le corsage bleu ciel que Taylor avait acheté à ma demande. Elle est plus que belle, mais bon sang c’est qui le connard qui la coince contre le bar ? Il est évident qu’elle est piégée et qu’elle tente de se dégager. S’il pouvait se coller à elle il se gênerait pas. Je me propulse dans sa direction. Je passe mon bras sur son épaule afin de revendiquer ce qui m’appartient bien qu’il s’agisse là d’un signe d’affection parfaitement banal pour tout le monde. Je me penche pour embrasser les cheveux d’Anastasia tout en dévisageant le schnock de pot de colle. 

Surrender by Evanescence



« Salut bébé » dis-je afin que tous ceux qui sont à portée de voix comprennent ce qu’elle est pour moi.
Son corps était tendu et il est manifeste qu’elle a commencé à se détendre dès que je l’ai prise dans mes bras. Donc ce mec l’emmerdait et mon arrivée est la bienvenue. Elle veut se blottir dans mes bras. Je connais son corps par cœur, je peux y lire comme dans un livre ouvert. Maintenant que je suis certain qu’elle était mal à l’aise avec le sale con, je l’attire complètement contre moi afin que tout le monde sache y compris l’autre salopard qu’elle est ma femme et qu’elle est à moi tout seul !
Je regarde calmement le trouduc trentenaire afin qu’il pige que c’était à ma petite amie qu’il faisait du gringue. A présent complètement apaisée, Anastasia se laisse aller dans mes bras.
Je réalise à quel point elle a mal vécu l’attitude déplaisante et perturbante de ce type. Je me colle un post it dans la tête pour penser à enquêter sur ce mec. Je dois connaître son pédigrée de A à Z.
Puis je focalise mon attention sur ma femme. Je ne peux m’empêcher de lui adresser un petit sourire en coin immédiatement suivi d’un baiser bref mais possessif. Elle observe mes vêtements d’un air approbateur. Ses yeux n’en loupent pas une miette. Son regard se pose sur mon blazer à fines rayures que je porte avec un jean mais aussi sur ma chemise blanche dont le premier bouton est ouvert. Elle me dévore des yeux. Elle me désire. Cet échange, bien que silencieux, exhale une sensualité torride ce qui met le salopard mal à l’aise. C’est parfait! Elle n’est pas à toi alors pas touche !
Anastasia reprend ses esprits et nous présente l’un à l’autre d’un air gêné.
« Jack voici Christian. »
« Christian voici Jack. »
Je lui serre la main en esquissant un sourire venimeux.
« Je suis le petit ami. » dis-je en le regardant d’un œil menaçant.
Tout en évaluant mon degré de dangerosité il réplique: « Je suis le patron » l’air de dire « Ta femme est à moi huit heures par jour. »
Va te faire foutre ! Je suis le patron de ton patron ! Même ton cul m’appartient ! Tu n’sais pas à qui t’as à faire ! Si tu veux jouer à celui qui pisse le plus loin t’as déjà perdu. Parce que t‘as une toute petite bite. Personne ne s’approche de ma petite amie !
Puis l’enculé a le culot d’ajouter « Ana avait mentionné un ex petit ami. »
Je vois, tu veux jouer à ça.
Calmement je réponds « Ce n’est plus le cas. » Je vais te botter le cul du schnock et t’auras pas le temps de voir d’où ça vient. Ne joue pas au con avec moi ! Il est en train de me faire comprendre qu’il à une longueur d’avance car ma petite amie est avec lui toute la journée !
Je le regarde droit dans les yeux…. Si mes yeux étaient des mitraillettes tu serais déjà exterminé. « Viens bébé, il est temps de partir. » Dis-je d’un ton câlin.
« Mais je vous en prie, restez et prenez un verre avec nous. » dit Jack alias le harceleur en laissant tomber son costume de boss. Je n’ai pas l’habitude de perdre mon temps avec des enculés dans son genre et en plus y’a une éternité que je n’ai pas touché ma femme.
« Nous avons des projets pour la soirée » dis-je avec un sourire qui ne laisse aucune place au doute.
J’ajoute « Une autre fois peut être, » en sachant très bien qu’il n’y en aura jamais d’autre.
Je prends la main d’Anastasia en murmurant « Viens. »
« A lundi » lance-t-elle à ses collègues. Son enflure de patron a la tronche du mec qui vient de subir un affront public et qui ne trouve pas de trou de souris pour se planquer.
Taylor est au volant de l’Audi stationnée devant le bar.
« Pourquoi ça avait l’air d’un concours de celui qui pisse le plus loin ? »  me demande Anastasia tandis que je lui ouvre la portière.
« Parce que c’était ça. » dis-je en refermant la porte avec un sourire triomphal.
Je me glisse dans la voiture à côté d’elle et je m’empare aussitôt de sa main et j’embrasse ses doigts.
Tendrement je chuchote « Bonsoir »
Elle rougit. J’adore qu’elle réagisse comme ça, c’est furieusement sexy. Elle est à deux doigts de me sauter dessus. Oh mais j’en ai bien l’intention bébé ! Je vois bien qu’elle est prête à se faire culbuter séance tenante à l’arrière de ma bagnole. Ca pourrait se faire mais pas sous les yeux de mon chauffeur tout de même ! Nous allons donc devoir attendre d’être en tête à tête pour cela.
« Bonsoir » susurre-t-elle à son tour.
Je lui demande ce qu’elle aimerait faire ce soir. Je veux qu’elle énonce clairement tous ses désirs.
« N’as-tu pas dit que tu avais des projets ? » répond-elle.
« Oh mais je sais très bien ce que j’aimerais faire Anastasia. Ce que je te demande c‘est ce que toi tu veux faire. » Elle me dévisage, les yeux pétillants. Ok, je vois que nous sommes sur la même longueur d’onde. Je souris.
« Je vois » dis-je avec un petit sourire lubrique. « Supplier est donc au programme. Veux-tu supplier chez toi ou chez moi ? » Je penche la tête de côté en souriant.
« Je vous trouve bien présomptueux Monsieur Grey. Mais pour changer on pourrait aller chez moi. » Et comment ! Elle mordille délibérément sa lèvre sachant très bien l’effet que ça me fait.
« Taylor, chez Mademoiselle Steele, je vous prie »
« Oui Monsieur. » Aussitôt la voiture démarre en direction de la résidence d’Anastasia.
« Alors, ça a été aujourd’hui ? » dis-je en quête d’informations.
« Bien, et toi? »
« Parfait je te remercie. »
Putain je suis tellement content qu’elle soit là que je ne peux me départir de ce sourire idiot, de même que je ne peux m’empêcher d’embrasser sa main encore et encore.
« Tu es superbe. » lui dis-je
« Tu n’es pas mal non plus. »
Quoi ? J’ai droit à un compliment de Mademoiselle Steele ? La satisfaire est ma priorité. Mais l’autre enculé, son patron, ça me prend la tête qu’il lui tourne autour. Je me sens obligé de lui demander s’il fait du harcèlement sexuel.
« Ton Patron, Jack Hyde, il est bon dans son job ? » je pose la question l’air de rien.
Elle a d’abord l’air surprise puis elle fronce les sourcils. « Pourquoi ? Ca a quelque chose à voir avec le concours de celui qui pisse le plus loin ? C‘est ça hein ?»
Pour toute réponse, je me contente de sourire. Forcément. « Ce type veut te sauter Anastasia. » dis-je sèchement. Elle vire écarlate, bouche bée elle regarde nerveusement en direction de Taylor.
« Heu… Il peut toujours rêver. Je ne comprends même pas qu’on parle de ça. De toute façon tu sais très bien qu’il ne m’intéresse pas. C’est mon patron point à la ligne. »
« Justement, c’est bien ça le problème. Il veut ce qui m’appartient. J’ai besoin de savoir s’il vaut quelque chose dans son boulot. » Il n’est pas question de le laisser tourner autour de ma femme.
Elle hausse les épaules. «  Je crois. » Elle me regarde avec l’air de se demander où je veux en venir.
« Il ferait mieux de te foutre la paix, sinon je vais lui tailler un petit short en moins de deux. »
« Oh Christian, qu’est-ce que tu racontes ? Il n’a rien fait de mal. »
Elle ne voit pas qu’il est bien placé pour nous faire du mal.
« S’il bouge un cil tu me préviens. Ca s’appelle des turpitudes ou du harcèlement sexuel si tu préfères »
« Mais c’était juste un verre après le boulot. »
« Je pense ce que je dis. Un geste de travers et il prend la porte à la seconde. » dis-je avec détermination. Elle ferait bien de s’en souvenir.
« Tu n’en as pas le pouvoir. » répond-elle. Comme tu te trompes bébé ! J’ai ce pouvoir. Elle commence à lever les yeux au ciel, puis elle s’arrête subitement, saisit par une fulgurance. Elle est stupéfaite. « Tu n’as pas fait ça Christian ? ».
Je lui adresse un sourire entendu.
« Tu es en train d‘acheter la société. » dit-elle atterrée. Je commence à flipper et mon sourire disparait aussi sec: « Pas exactement. »
« Tu as acheté SIP ! »
Je cligne frénétiquement des yeux devant son regard inquisiteur : « C‘est possible. »
« Tu l’as achetée oui ou non ? »
« Oui. »
Elle écarquille les yeux, bouche bée. « Pourquoi ? » demande- t’elle horrifiée. Elle est en colère, très en colère !
« Parce que je le peux. J’ai besoin de te savoir en sécurité Anastasia. »
« Mais tu avais promis de ne pas interférer dans ma carrière ! »
« Et je ne le ferai pas. »
Elle arrache sa main de la mienne.
« Christian… » dit-elle d’un ton de reproche.
« Es tu en colère contre moi ? » S’il te plait Anastasia dis  quelque chose. Tu ne m’aides pas et je dois me débrouiller tout seul pour te protéger.
« Oui, bien sûr que je suis en colère. » siffle t’elle entre ses dents. « Enfin, je veux dire, quel homme d’affaires responsable prend des décisions en fonction de la personne qu’il baise ? » Elle est livide. Puis elle réalise que Taylor nous entend même s’il fait mine de nous ignorer royalement.
Je suis scotché. J’ouvre et referme la bouche à plusieurs reprises. Elle me fixe. Je soutiens son regard. On se toise en chiens de faïence alors que nous arrivons devant son immeuble. Anastasia bondit hors de la voiture à l’instant même où la voiture s’immobilise. La voilà qui part à toute allure. C’est pas vrai elle fout le camp ? Encore ? Je soupire.
« Taylor, je pense que vous feriez mieux d’attendre ici. » dis-je au cas où elle me foutrait dehors. Je sors de la voiture et la rejoins alors qu’elle fouille dans son sac à la recherche de ses clés.
« Anastasia » dis-je d’un ton calme comme si je m’adressais à un animal sauvage, ce qu’elle est un peu. C’est mon petit tigre à moi.
Elle soupire et se tourne pour me faire face. Elle est tellement en rage que sa colère est palpable.
« Premièrement, ça fait un moment que je ne t’ai pas baisée -en fait j’ai le sentiment que ça fait une éternité- et deuxièmement je voulais me lancer dans l’édition. Des quatre maisons d’édition présentes à Seattle, SIP est la plus rentable mais elle est à un tournant et son activité menace de stagner… Il faut qu’elle la diversifie. »
Elle me regarde d‘un air glacial. Je la dévisage, le regard presque menaçant, mais je ne partirai pas avant qu’elle m’ait entendu. Je n’ai pas traversé l’enfer pour que ça s’arrête ici ! Encore ! Ma détermination est en béton armé on peut le lire dans mes yeux.
« Donc c’est toi mon patron maintenant. » lâche t’elle d’un ton sec.
« Techniquement, je suis le patron du patron de ton patron. »
« Et techniquement coucher avec le patron du patron de mon patron ça s’appelle de la débauche. » répond-elle amèrement.
« Pour le moment tu ne fais que te disputer avec lui. » Je fronce les sourcils. De toute façon j‘en ai rien à foutre de la baise. Non mais n’importe quoi, faut que j’arrête de me la raconter. La vérité c’est que je suis en train de crever tellement je la désire !
« C’est parce que c’est un sacré con. »
Je fais un pas en arrière. Est-ce qu’elle vient de dire ce que je crois qu’elle a dit ?
« Un con ? » Ca m’amuse, elle fait souvent des remarques très pertinentes; C’est vrai que je peux devenir un vrai con quand il s’agit de veiller sur elle. Ou plutôt un âne. Une vraie bourrique …
« Oui. » Elle tente de réprimer un sourire.
« Un con ? » J’insiste puis je souris.
« Ne me fais pas rire alors que je suis en colère après toi ! »
Je continue de sourire sachant très bien que je suis sur le point de gagner la partie. Elle sourit puis éclate de rire.
« Ce n’est pas parce que je souris stupidement que je ne suis pas en colère contre toi. » Elle essaye de reprendre une contenance sérieuse sans y parvenir.
Je me penche pour enfouir mon nez dans ses cheveux et j’inspire profondément.
« Vous me surprenez comme toujours Miss Steele. » Et c’est bien une des choses que j’aime chez elle. Je me redresse l’œil pétillant. « Alors tu m’invites à rentrer ou est-ce que tu me renvoies chez moi parce que j’ai usé de mon droit démocratique de citoyen, d’entrepreneur et de consommateur américain à acheter ce que bon lui semble ? »
« Est-ce que tu en as parlé au Docteur Flynn ? » Ca me fait marrer. Oh bébé, on peut me dire tout ce qu’on veut, rien ne fera changer mon besoin de te protéger.
« Tu me laisses entrer ou pas Anastasia ? » 

Truly, Deeply, Madly by Savage Garden

Elle essaye d’avoir l’air hésitante et mordille sa lèvre - putain ! Mais elle sourit et ouvre grand la porte. Je me tourne pour faire un signe à Taylor qui démarre aussitôt. Je sais bien qu’il est en train de sourire d’une oreille à l’autre. Il ne pourrait pas être heureux ce soir si je ne l’étais pas.
Nous pénétrons dans l’appartement. Bien qu’elle essaye toujours d’avoir l’air en colère, elle n’y arrive pas. Je jette un bref coup d’œil à l’appartement. Enfin je l’ai pour moi tout seul. Enfin, après une semaine de supplice, elle est là avec moi. Je me sens comme un animal en cage dans cet espace exigu. Je la regarde et j’observe son changement d’humeur qui passe de la colère à l‘amour.
« Bel endroit. »
« Les parents de Kate lui ont acheté. »
Je hoche distraitement la tête, je me fous complètement de l’appartement la seule chose qui m’intéresse c’est elle !
Je n’ai d’yeux que pour elle. 

For Your Eyes Only by Sheena Easton

Je regarde autour de moi et mes yeux se rivent sur Anastasia. J‘ai une idée fixe en tête.
« Euh … tu veux boire quelque chose ? » demande t’elle en rougissant.
« Non, merci Anastasia. » Le désir et la frustration sexuelle assombrissent mon regard. Soudain elle devient nerveuse.
Tenaillé par le désir je me dirige vers elle en lui demandant d’une voix douce : «  Que veux-tu faire Anastasia ? Moi je sais ce que je veux faire.» Elle ne peut ignorer mes intentions.
Elle recule jusqu’à ce qu’elle bute contre l’îlot central de la cuisine. Nous sommes face à face.
« Je suis toujours en colère contre toi. » dit-elle à voix basse.
« Je sais. » Je souris comme pour m’excuser mais pas tant que ça …

« Tu veux manger quelque chose ? » demande t’elle pour détourner mon attention.
Je hoche lentement la tête en murmurant: « Oui. Toi. » Tu es le plat le plus appétissant.
Elle fond sous mes yeux. Son langage corporel change, son visage et son corps exhalent la sensualité. Elle est troublée par mon regard qui parle pour moi: « Je vais te baiser furieusement non stop jusqu’à dimanche prochain » En réponse ses yeux disent « Je te veux maintenant. »
Je lui demande si elle a mangé aujourd’hui. Elle chuchote qu’elle a pris un sandwich. Je plisse les yeux. « Il faut que tu manges. » En plus elle a besoin d’énergie pour ce que j’ai l’intention de faire avec elle.
« Franchement, je n’ai pas envie … de manger. »
« De quoi avez-vous envie Miss Steele ? » Il faut qu’elle m’exprime ses désirs, qu’elle communique avec moi en toute franchise.
« Je pense que vous le savez Monsieur Grey. » Je me penche, elle retient son souffle pensant que je vais l’embrasser. Mais ma bouche s’arrête à son oreille et je murmure tout bas:
« Tu veux que je t’embrasse Anastasia ? »
« Oui. »
« Où ? »
« Partout. » Mauvaise réponse ! Cela est trop vague. Bébé, je veux que tu énonces clairement tes désirs!
« Il va falloir que tu sois plus précise que ça. Je t’ai dit que je ne te toucherais pas tant que tu ne me supplierais pas et que tu ne me dirais pas ce que tu veux. »
Elle se tortille devant moi complètement paumée.
« S’il te plaît. » murmure-t-elle.
« S’il te plaît quoi ? »
« Touche-moi. »
« Où ça bébé ? » Allez Ana dis le moi !
Elle inhale mon parfum en se dandinant, nous sommes si proches que c’est à peine si une feuille de papier pourrait se glisser entre nous et pourtant on ne se touche pas. Elle lève la main vers moi et je fais immédiatement un pas en arrière.
Je m‘exclame : « Non, non. » Je ne veux pas qu’on me touche.  Au fond de moi je le voudrais mais je suis encore incapable de franchir le pas.
« Quoi ? »
Je secoue la tête : « Non. »
« Pas du tout ? »
Je suis tiraillé. Je voudrais tant qu’elle me touche. J’en rêve. Mais pour le moment c’est insurmontable. J’hésite. Elle se rapproche et par réflexe je fais immédiatement un pas en arrière en mettant mes mains devant moi pour me protéger tout en ayant encore le sourire aux lèvres. C’est un jeu.
« Ecoute Ana, » dis-je en passant nerveusement mes mains dans mes cheveux.
« Dès fois ça ne te dérange pas. Je pourrais peut être prendre un marker et on délimiterait les zones interdites. »
Ça fait tilt dans ma tête.
« Ce n’est pas une mauvaise idée. Où est ta chambre ? »
Elle indique la direction d’un signe de tête.
« Tu prends ta pilule ? »
En voyant sa mine, mon visage se décompose.
« Non » couine t’elle.
« Je vois. Viens on va manger quelque chose. »
« Je croyais qu’on allait au lit. Je veux me pieuter avec toi. »
« Je sais bébé. » dis-je en souriant. Mais mon désir est trop fort et je ne peux pas me retenir plus longtemps. Je me précipite sur elle, attrape ses poignets pour la tirer contre moi.
« Il faut que tu manges et moi aussi. » dis-je les yeux posés sur elle. « De plus … l’attente est la clé de la séduction et pour le moment je suis vraiment pour la satisfaction différée. »
« Je suis séduite et je veux être satisfaite maintenant. Je vais te supplier, je t’en prie. »
Je souris tendrement.
« Il faut que tu manges, tu es trop mince. » je l’embrasse sur le front avant de la lâcher. Plus le désir est fort, plus le plaisir est intense. Elle fronce les sourcils en sachant très bien que j’ai une idée derrière la tête.
« Je suis toujours en colère que tu aies acheté SIP, et maintenant je suis furieuse parce que tu me fais languir. » dit-elle la mine boudeuse.
« Mademoiselle est en colère n’est ce pas ? Tu te sentiras mieux après un bon repas. » La privation sexuelle est géniale car les hormones s’agitent fébrilement en quête d’assouvissement.
« Je sais après quoi je me sentirais mieux »
« Anastasia Steele je suis choqué. » dis-je en me moquant gentiment d’elle.

Notion by Kings of Leon

« Arrête de me faire marcher, ce n’est pas juste. » Elle sait très bien où je veux en venir. Je réprime un sourire en mordant ma lèvre inférieure.


On se regarde les yeux dans les yeux - Anastasia, chaude comme les braises, troublée et folle de désir et moi calme et enjoué car je maîtrise parfaitement ma libido.
« Je peux cuisiner quelque chose mais faudrait aller faire des courses. »
« Des courses ? »
« Oui, à l’épicerie. »
« T’as rien à manger ? » Mon visage se crispe. Je suis horrifié, en réalisant qu’elle s’est vraiment affamée toute la semaine !
Elle hoche la tête. Ça confirme mes doutes. Je suis furieux !
« Bon, allons faire les courses. » dis-je vertement en tournant les talons. Je me dirige vers la porte que j’ouvre en grand pour la laisser passer.
On marche un peu jusqu’au supermarché le plus proche.
« Quand es tu allé dans un supermarché pour la dernière fois ? »
Je ne me souviens pas être allé dans un supermarché depuis la nuit des temps. Je ne fais pas les courses alimentaires. Ce n’est pas à moi de le faire. Pourtant j’escorte sagement Anastasia en portant le panier.
« Je ne m’en souviens pas; »
« C’est Madame Jones qui fait les courses ? »
« Je pense que Taylor lui donne un coup de main. Je ne suis pas sûr. »
« Ça te va un sauté ? C’est vite fait. » Ça me fait sourire. Je suis partant pour un plat vite fait et pour un dessert interminable.
Je réponds tout sourire : « Un sauté ça m’ira parfaitement. »
« Ça fait longtemps qu’ils travaillent pour toi ? »
« Taylor, quatre ans je crois. Madame Jones à peu près autant. Pourquoi n’as-tu rien à manger chez toi ? » Ça me perturbe qu’elle n’ait rien à manger chez elle. Est-ce juste parce qu’elle était bouleversée, ou bien parce qu’elle n’avait pas d’argent ? Les deux éventualités me fendent le cœur.
« Tu sais pourquoi. » murmure t‘elle rougissante.
Je proteste : « C’est toi qui m’as quittée. »
Tout bas elle répond: « Je sais »
Nous nous dirigeons vers la caisse pour payer, je lui demande si elle a du vin.
« Tu as quelque chose à boire ? »
« De la bière… je crois. »
« Je vais chercher du vin. » Je me propulse vers le petit rayon des spiritueux. Je tique en constatant qu’il y a peu de choix et en tout cas rien qui me plaise. Je reviens les mains vides et la mine dégoûtée. Anastasia me sourit : « Il y a un bon caviste juste à côté. »
« Je vais voir ce qu’ils ont. » dis-je en me dirigeant vers la sortie.
Lorsque nous revenons à son appartement je porte les courses dans sa cuisine et dépose le sac sur la desserte.
« Tu fais très homme d’intérieur. » fait-elle remarquer, ça me fait sourire.
Je réponds sèchement que personne ne m’a jamais dit ça avant. Anastasia entreprend de vider le sac de nos courses tandis que je sors une bouteille de vin blanc et pars à la recherche d’un tire-bouchon.
« Cet endroit est encore tout nouveau pour moi. Je pense que le tire-bouchon est dans ce tiroir » dit-elle en pointant son menton dans la direction. Elle m’observe, elle rougit pour une raison connue d’elle seule.
« A quoi penses-tu ? » dis-je en interrompant ses rêveries. Je ne la quitte pas des yeux en ôtant ma veste à rayures pour la poser sur le canapé.
« Au fait que je sais très peu de choses de toi. » Mon regard s’adoucit. Ça me plait que tu veuilles en savoir plus.
« Tu me connais mieux que personne. » Dis-je sincèrement.
« Je pense que c’est faux. » Je sais à qui elle fait allusion.
« C’est la vérité Anastasia. Je suis quelqu’un de très, très secret. » Je lui tends un verre de vin.
« Santé »
« Santé. » répond-elle avant de boire une gorgée. Je place la bouteille dans le réfrigérateur pour refroidir le vin.
« Je peux t’aider à préparer le dîner ? »
« Non, c’est bon … Assieds toi. »
 « J’aimerais t’aider. » C’est vrai. Je veux partager tout ce qu’elle fait que ça soit simple ou compliqué.
« Tu peux émincer les légumes. »
 « Je ne sais pas cuisiner. » dis-je en regardant le couteau qu’elle me tend.
« J’imagine bien que tu n’as pas besoin de le savoir. » dit-elle en plaçant une planche à découper et quelques poivrons rouges devant moi. Je les regarde fixement en me demandant ce que je dois en faire.
« Tu n’as jamais découpé de légumes ? »
« Non. »
Elle esquisse un sourire entendu.
« Tu te moques de moi ? »
« Il semble que c’est une chose que je sais faire et pas toi. Regarde les choses en face Christian, c’est une première ! Bon je vais te montrer. »
Elle me frôle et son contact ébranle les barrières que j’avais érigées pour emprisonner mon dieu du sexe intérieur. Je recule d’un pas pour maintenir les barrières en place.
« Comme ça. » dit-elle en tranchant un poivron rouge dont elle ôte méticuleusement les pépins.
« Ça a l’air facile. »
« Tu devrais pouvoir t’en sortir » marmonne t’elle d’un ton ironique. C’est la première fois qu’elle m’apprend un truc et j’adore qu’elle le fasse.
Je la regarde sans broncher puis je m’attelle à ma tâche. Anastasia découpe des dés de poulet. Je commence à émincer mon poivron méticuleusement pour faire du bon boulot. Bon ça va ! J’ai jamais fait ce genre de trucs de ma vie, alors on n’est pas aux pièces !
Anastasia se lave les mains. Elle attrape le wok et l’huile puis rassemble tous les ingrédients qu’elle prévoit d’utiliser pour préparer le sauté. Elle me frôle sans cesse en bousculant la cage dans laquelle j’ai enfermé mon dieu du sexe intérieur. A chaque frôlement la cage tangue un peu plus, affaiblissant mes défenses, ébranlant les barrières et fortifiant l‘animal qui sommeille en moi.  Elle me frôle avec sa hanche. Oh mon Dieu ! Puis c’est le tour de son bras, son cul, ses mains c’est un assaut incessant l’air de rien. Je sais qu’elle me désire et elle sait très bien user de ses charmes.
« Je sais ce que tu es en train de faire Anastasia. » J’ai murmuré d’un ton sérieux afin de la mettre en garde tout en continuant de découper mon poivron rouge.
« Je crois que ça s’appelle cuisiner. » répond-elle d’un air innocent en papillonnant des cils. Elle s’empare d’un couteau de cuisine et me rejoins pour éplucher et émincer de l‘ail, des échalotes et des haricots verts sans cesser de me frôler. Je la trouve irrésistible quand elle cuisine. Mais c‘est insoutenable !
 « Tu as l’air à ton affaire. » dis-je en attaquant mon second poivron rouge.
« Tu veux dire pour découper les légumes ? » Elle recommence à papillonner des cils sous mon nez. « J’ai des années d’expérience » dit-elle en me frôlant avec son cul que j’aimerais bien saisir et embrasser séance tenante ! Toutefois je reste de marbre.
« Si tu recommences, Anastasia je vais te baiser sur le sol de la cuisine. »
« Il faudra d’abord que tu me supplies. »
« C’est un défi ? »
« Peut être. »
Je pose le couteau de cuisine et me dirige lentement dans sa direction, les yeux brillant d’un désir impérieux. Je me penche derrière elle et éteint la plaque de cuisson. L’huile cesse immédiatement de crépiter dans le wok.
« Je pense que nous mangerons plus tard. » J’ajoute : « Mets le poulet dans le réfrigérateur. » l’air de dire : « Je vais te baiser de façon insensée.» Sa respiration s’accélère. Ses mains tremblent en s’emparant du plat de poulet qu’elle recouvre d’une assiette avant de le placer dans le réfrigérateur. Je suis juste à côté d’elle quand elle se retourne. Nous sommes si proches que l’air ne peut circuler entre nous.
« Alors tu vas me supplier ? » elle me défie du regard.
Je secoue la tête : « Non, Anastasia, pas de supplique. » dis-je d’une voix sensuelle.
On reste là un moment à se toiser en chien de faïence. L’air se charge d’électricité, nous sommes comme deux nuages prêts à éclater en tonnerre. Aucun de nous ne prononce un seul mot, on se regarde avec convoitise. Elle mordille sa lèvre, je suis foutu. En une fraction de seconde je l’attrape par les hanches et l’attire contre moi. Mes mains caressent ses cheveux tandis que je m’empare de sa bouche avec toute la force de mon désir. Mon dieu du sexe intérieur s’échappe de sa cage et se libère de ses entraves.
Je la plaque contre le réfrigérateur  et me colle contre elle, ne laissant aucun espace entre nous. Le contenu du réfrigérateur est bousculé et entonne un véritable concert de protestation en se renversant. Ma langue s’insinue dans sa bouche, elle gémit. Mes mains passent dans ses cheveux et tirent sa tête en arrière pour l’embrasser plus intensément, elle répond à mon baiser avec autant de ferveur. Je n’en peux plus, je veux me perdre en elle pendant des jours.
Je chuchote : « Que veux-tu Anastasia ? »
Je veux qu’elle me supplie, je veux qu’elle exprime franchement ses désirs.
« Toi. »
« Où ? »
« Au lit. » répond-elle instinctivement.
Je coupe court à notre baiser et me précipite dans la chambre en soulevant ma femme dans mes bras. Je la repose sur ses pieds. Je m’empresse d’allumer la lampe de chevet et de fermer les rideaux afin de ne pas offrir un peep show gratis aux voisins.
« Et maintenant ? »
« Fais-moi l’amour. » Oh bébé je compte bien exaucer ton vœu mais il va d’abord falloir me donner des détails.
« Comment ? »
Elle fronce les sourcils.
« Il faut me le dire bébé. » J’insiste.
“Déshabille-moi.” Dit-elle. Je ne demande pas mieux chérie !
C’est un bon début. Je souris en glissant mon index dans son chemisier ouvert et en l’attirant contre moi.
« Gentille fille. » Mes yeux fiévreux sont noyés dans les siens tandis que je déboutonne son chemisier. Elle pose ses mains sur mes bras pour garder l’équilibre. Mes bras étant une zone  sûre je ne proteste pas. Une fois le chemisier entièrement déboutonné je le fais glisser sur ses épaules. Elle lâche brièvement mes bras et le chemisier tombe sur le sol. Je m’intéresse maintenant à son jean dont je défais le bouton puis la fermeture éclair.
« Dis moi ce que tu veux Anastasia. » Je respire en cadence pour contrôler le désir qui me submerge.
« Embrasse-moi de là à là. » dit-elle en traçant une ligne avec son index de la base de son oreille tout le long de sa gorge. Je repousse ses cheveux puis dépose une trainée de baisers tout le long du parcours indiqué par son doigt puis je recommence en sens inverse.
 Elle murmure : « Mon jean et ma culotte. »
Je souris, les lèvres contre son cou. C’est parti mon kiki. Je m’agenouille face à elle. Elle est belle comme une déesse. Avec mes pouces, je fais doucement glisser son jean et sa culotte le long de ses jambes. Elle se défait en même temps de son jean, sa culotte et de ses ballerines. Elle est maintenant debout devant moi avec son soutien gorge pour seul vêtement. Je lève les yeux pour admirer la femme splendide qui est devant moi. Je reste à genoux.
« Et maintenant Anastasia ? »
« Embrasse-moi. »
« Où ça ? »  Dis le moi bébé ! Allume-moi ! Rends-moi fou ! Tu es la seule à en avoir le pouvoir bébé ! Ce soir c’est la fête du slip ! Elle semble gênée et pointe du doigt le haut de ses cuisses, je décroche un petit sourire vicieux. Elle ferme les yeux, morte de honte et diablement excitée.
Je glousse: « Avec plaisir bébé. »
J’embrasse le haut de ses cuisses puis ma langue se déchaîne sur son sexe. Elle gémit et empoigne mes cheveux. Elle appuie mon visage contre son sexe comme pour me faire pénétrer en elle. C’est chaud bouillant, c’est l’éclate ! Ça fait si longtemps que j’en rêvais ! Je n’arrête pas, ma langue encercle son clitoris. Mon objectif est clair : Je veux la rendre folle, je veux qu’elle me désire, je veux qu’elle me baise, je veux qu’elle m’aime, je veux qu’elle soit mienne une bonne fois pour toutes et qu’elle perde la tête au point d’en oublier comment elle s’appelle !
Elle supplie : « Christian, je t’en prie. »
« Je t’en prie quoi, Anastasia ? »
« Fais-moi l’amour. » Je suis dérouté !
« Mais c’est-ce que je fais. » dis-je en soufflant doucement sur son sexe.
« Non, je te veux en moi. »
« Tu es sûre ? »
« Je t’en prie. » implore-t-elle. Je continue de lui infliger ma douce et exquise torture. Elle gémit encore plus fort.
« Christian … S’il te plaît. »
Je me redresse et baisse les yeux vers elle pour qu’elle voie sur mes lèvres la preuve de son excitation.
« Alors ? »
« Alors quoi ? » demande t’elle pantelante, prête à s’enflammer à tout instant.
« Je suis toujours habillé. » Elle est morte de honte et en reste bouchée bée.
Elle tend les mains vers ma chemise et je recule d’un pas.
« Oh non. » Elle comprend que je parlais de mon jean et esquisse un petit sourire salace. Elle s’agenouille lentement à mes pieds. Oh Mon Dieu, c’est chaud, c’est chaud, c’est très, très chaud ! Les mains tremblantes elle défait ma ceinture et ma braguette puis elle fait glisser mon jean et mon caleçon. Mon sexe en érection jaillit devant elle. Elle lève les yeux vers moi,  je la regarde avec inquiétude, surprise et terreur.


Je sors les pieds de mon jean et j’ôte mes chaussettes. Elle s’empare de mon sexe en glissant sa main vers la base. Je gémis, mon souffle  siffle entre mes dents serrées. Comme j’ai attendu cet instant ! Timidement elle introduit mon sexe dans sa bouche et elle suce … fort !
« Ah Ana … doucement ! » Il est évident que je lui ai manqué autant qu’elle m’a manquée. Je prends tendrement sa tête entre mes mains, elle m’insère plus profondément dans sa bouche en recouvrant ses dents avec ses lèvres qu’elle serre autant qu’elle le peut et elle me suce, avec vigueur.
« Putain ! » 

Sex on Fire by Kings of Leon

Sa langue impitoyable virevolte autour de mon gland, puis elle m’enfonce profondément dans sa gorge encore et encore.
« Ana ça suffit, arrête. » Mais elle continue sans relâche.
Je grogne entre mes dents serrées « Ana, c’est bon t’as gagné, je ne veux pas jouir dans ta bouche. »
Bordel elle ne va pas cesser ! Merde ! Je me penche et l’attrape par les épaules pour la relever puis je la jette sur le lit. Je passe ma chemise par-dessus tête et la balance sur le tas de fringues. Je me baisse pour prendre une capote dans la poche de mon jean. Je suis pantelant de désir.
« Enlève ton soutien gorge. » Elle s’assied pour le dégrafer.
« Allonge-toi. Je veux te regarder. »
Elle s’allonge et me regarde. Je pince le réservoir et déroule le préservatif sans la quitter des yeux. Son désir est incontestable. Elle me veut autant que je la veux. Je passe ma langue sur mes lèvres.
« Quel beau spectacle vous m’offrez là Mademoiselle Steele. » dis-je en me penchant vers le lit puis lentement je rampe vers elle en déposant une trainée de baisers sur mon chemin. J’embrasse ses seins l’un après l’autre puis suce, lèche, excite chacun de ses mamelons. Elle gémit et se tortille sous moi, mais je continue, inflexible.
« Christian je t‘en prie. » Elle supplie. Voilà bébé, maintenant c’est ton tour !
Je souris entre ses seins et murmure : « Je t’en prie quoi ? »
Elle pleurniche : « Je te veux en moi. »
« Maintenant ? »
Elle m‘implore : « S’il te plaît. »
J’écarte ses jambes et me positionne en planant au dessus d’elle. Je la regarde avec un désir obscène puis  je m’enfonce en elle avec une lenteur exquise. Elle ferme les yeux pour savourer la plénitude de l’instant. Elle m‘accueille au plus profond d’elle et nous prenons possession l’un de l’autre. Instinctivement elle bascule le bassin pour venir au devant de mon sexe comme si elle voulait m’aspirer au fond de son ventre pour ne plus former qu’un seul être avec moi. Elle gémit bruyamment. Ses doigts se fraient un chemin dans mes cheveux. Lentement je vais et je viens en elle, je fais enfin l’amour avec la femme qui m’a tellement manqué. Je suis au paradis !
« Plus vite Christian, plus vite … Je t’en prie. »
Je la regarde l’œil triomphant et l’embrasse vigoureusement. Je m’approprie sa bouche, ses lèvres, sa langue, son sexe de toutes les manières possible. Puis je commence vraiment à bouger en elle, je la pilonne à un rythme effréné. Je sens qu’elle est sur le point de jouir car ses jambes  se raidissent. La montée de son orgasme est mon carburant pour la baiser encore plus furieusement, pour l’aimer férocement.
« Viens bébé, jouis pour moi ! »
Mes paroles sont le déclic et nous explosons tous les deux dans un orgasme éblouissant. Je me souviens vaguement avoir hurlé son nom. Dans ces moments là nous fusionnons dans tous les sens du terme.
« Ana ! Oh putain, Ana ! » Je m’écroule sur la femme que j’aime. Je suis complètement,  irrémédiablement et foncièrement amoureux d’elle. J’enfonce mon visage dans son cou. La dernière chose dont je me souvienne c’est ce verset qui m’est venu à l’esprit «  Ma bien aimée est à moi et moi je suis à elle... »*
J’ai la pêche... Je suis fou amoureux.

A cet instant ma vie vient de changer, c’est irrévocable, je ne reviendrai pas en arrière. 

Can't Help Falling In Love by Elvis Presley





* NDT : Cantique des cantiques 2 -16 :
Dans la version originale Eminé a écrit « I am my beloved’s and my beloved is mine… ». Il s’agit d’un extrait d’une version revisitée de la bible. En anglais le « bien aimé » (beloved) désigne indifféremment un homme ou une femme. Mais comme en français les sexes ne sont pas interchangeables :) (oui je me suis creusé la tête pour ne pas dire qu’en français les sexes ont un « genre » afin d’éviter une éventuelle polémique …)  J’aurais donc du traduire ce verset de la façon suivante : «  mon bien aimé  est à moi et moi je suis à lui » tel que nous le connaissons dans les pays francophones.  J’ai choisi d’adapter la traduction pour coller à l’histoire de nos deux personnages. J’espère que le ciel me pardonnera !


87 comments:

Anonymous said...

Génial !!!! Un énorme merci ! J'attends la suite avec impatience !

Anonymous said...

Un grand merci!!! Vivement la suite!

karinus said...

Merciii encore je me suis régalé
vivement la suite
bises

Anonymous said...

J'espère que vous allez mieux Elizabeth. Merci pour ce nouveau chapitre. J'adore !!! J'ai vraiment hâte de lire la suite.

Chantal Countrygirl

Anonymous said...

Génial ! Il est enfin arrivé...

Merci de tout cœur Elisabeth pour votre travail. J'espère sincèrement que vos ennuis de santé sont derrière vous maintenant.
Bisous

Anonymous said...

Mille merci !!

PILINE said...

OOhh que c'est bon cela faisait longtemps merci Élisabeth !! j’espère sincèrement que ça va mieux pour toi !!! au prochain chapitre !! ;-)

PILINE said...

Ooh que c'est bon de se retrouver dans la tête de Christian !!! un grand merci Élisabeth !! j’espère que ça va mieux pour toi !! allez à bientôt pour le prochain chapitre :-)

Anonymous said...

OMG ! Merci merci merci !!!

Anonymous said...

Youhoooooooooooooooooo merciiiiiiiiiiiiiiiiii vivement le prochaun chapitre. J'espère que tout va bien piur vous.... l'attente est la meilleure des chose...

Videl said...

Enooooorme merci! Hâte d'en lire davantage! :-)

Marion said...

Merci pour ce travail! J'ai vraiment hâte de lire la suite :p

Anonymous said...

Merci pour tout le travail effectué qui nous permet de lire le point de vue de Christian. On ne s'en lasse pas !! A quand le prochain chapitre ? Encore merci beau boulot.

Anonymous said...

Bravo pr cette version juste un p'tit bémol,les photos de Christian ne correspondent pas à l'image que j'ai de lui :-D mais à part ça c un pur bonheur car je suis une grande fan de cette trilogie....merci

Anonymous said...

Merci pour ce chapitre, on ne se lasse jamais de connaître les pensées de notre christian. A quand le prochain chapitre ?

elisabeth ze translator said...

Hihi je suis bien d'accord, moi non plus je ne vois pas christian Grey barbu avec des tatouages. Ya trop de poils sur ces photos !

Anonymous said...

Pour moi c'est matt bomer qui est le visage de Christian

Anonymous said...

Toujours un plaisir de retrouver notre Christian !
Petite question à quand le chapitre 5?
Merci pour travail qui prolonge cette belle histoire d'amour

Anonymous said...

encore un grand merci pour ce travail c'est fabuleux, je sais que c'est peu être un peu trop demandé mais quand pensez vous pouvoir publier la suite ?
encore bravo j'étais accros à la trilogie et maintenant je suis aussi accros à votre travail !

Anonymous said...

fantastique vivement la suite je viens juste de découvrir ce site. Il est vraiment top

Anonymous said...

Salut les accros !!!! Elisabeth dis nous que tu va mieux ? Et si tu peux nous donner une date pour le chapitre 5 pleaaaaaaaase mdr ! à bientôt charlène

Anonymous said...

salut tout le monde. j'espère que ce blog va perdurer. j'en suis accroc. bon rétablissement et bonne continuation à l'auteure. une date pour la suite??? bizzzzzz

Anonymous said...

C'est horrible de nous laisser dans cette attente!bon rétablissement et donne nous des nouvelles

Elisabeth ze translator said...

coucou

Merci de vos messages, je vais globalement assez bien. Malheureusement je n'ai pas du tout le temps de traduire en ce moment. Je tiens tout de même à vous préciser que je m'étais engagée auprès d'Eminé pour la traduction du tome 1. Quelqu'un s'était proposé pour le tome 2 il y à un an et je devais simplement relire et corriger au besoin. La personne a mystérieusement disparu ... J'ai donc accepté de traduire le tome 2 mais sachant que j'allais avoir une année surchargée j'avais dit à Eminé que ça serait "à mon rythme" . Je suis donc désolée pour vous mais je fais en fonction de mon emploi du temps. Donc je livrerai bien le chapitre suivant mais je ne sais pas quand. Ainsi il n'y à pas de rupture de style,ce qui est le cas entre le tome 1 et le tome 2 de la traduction française de l'oeuvre originale vous l'aurez sans doute noté. En revanche il y à un délai d'attente comme au guichet de la poste :-)
un peu de patience et en attendant je vous bizz
Elisabeth

Anonymous said...

y a de l'espoir alors! mais aucune date(approximative)afin que nous, pauvres fans désespérés,puissions nous projeter à nouveau dans cette fabuleuse lecture?!! peux-tu au moins nous dire si ce sera avant juillet?merci ;)

Anonymous said...

Merci beaucoup grâce à vous je peut enfin connaître la version Grey

Vicky Lapointe said...

Je suis tellement heureuse de pouvoir connaitre cette version ! Hâte au prochain chapitre ! Aurais t'il un espoir de le voir sur papier un jour ? Car je ne suis pas très sur que l'auteure de la trilogie nous feras ce cadeau !

Anonymous said...

Un vrai plaisir de lire déjà hâte de lire les prochain chapitres ! Serais t'il possible de voir cette version sur papier un jour ?
J'adorerais c'est sur :D Car je suis pas très sur que EL.James nous feras ce cadeau :/

Anonymous said...

déjà si on a une suite sur ce blog on peut s'estimer heureuses!!!! et l'auteure E.L James a justement parlé de faire une suite version Grey! ici je pense qu'il y a peu d'espoir de voir la suite un jour...pour ma part ça fait 2 mois que j'attends!

Elisabeth ze translator said...

Ce n'est pas un dû! Il vous reste trois solutions a) traduire vous même b) prendre des cours d'anglais pour pouvoir réaliser le a) et c) voir avec EL James.
Des commentaires comme celui ci ne donnent pas envie de se casser la tête pour les autres.
Juste un rappel, moi ça va, le livre d'Eminé je l'ai déjà lu. Donc quand je traduis c'est juste pour faire plaisir à des inconnus (es) qui ne pratiquent pas l'anglais c'est free, gratis, gratos, cadeau et pris sur mon (peu) de temps libre.
Donc j'adresse à cette courageuse anonyme un immense, solennel et très Français: "MERDE"

elisabeth

Anonymous said...

Bravo!! bien dit!! Pour ma part j'apprécie beaucoup les traductions que vous avez faites et effectivement je suis passer à l'anglais pour pouvoir lire la suite!!Un peu laborieux mais ça m'entraine au moins!
Merci,en espérant que votre santé va mieux!?

Emilie Jacquart said...

très abusé se commentaire sérieusement qu'est ce qu'elle croit que Elisabeth a que ça faire faut arrête le délire la.C'est déjà sympa qu'elle le traduit alors si tes pas contente ouvre ton blog traduit et tu verras si tu va avoir le temp a moins que ta rien d'autre a faire.
Merci a toi Elisabeth de faire ce que tu fais un grand merci

Marie said...

Il y avait un autre blog qui a été fermé, quel dommage car il était très avancé...
Moi je lache celui ci il n'y a plus aucun intérêt....
Merci quand même de nous avoir mis l'eau à la bouche.

Anonymous said...

Que dit Christian ? " un travail fait mérite d'être bien fait"... Donc aller jusqu'au bout des choses...

Eminé Fougner @ Cowboyland said...

Dear Girls,

First of all, I want to thank you for all your comments. I read the comments for all languages here, but I'm better proficient in some than others when I write responses.

I would like to first thank Elisabeth for taking the time to translate out of her own time and she does it free of charge for everyone's enjoyment. Some of you may dislike the choice of words, but it's a translator's prerogative and if she's in doubt, she always asks me if that's the particular expression I meant.

I (Emine) work as a linguist for 15 years now. I have to tell you that it's not as easy as it may seem. If there's any of you would like to offer her help, please, be my guest. But this is a huge undertaking. Elisabeth has an important career, and she's not always enjoying good health. Put yourselves in her place for a moment please: She's translating so that others who can't understand English or other languages published here can read the story. This is a free service.

Because I'm on the 4th book now, I do know a thing or two about criticism. I personally welcome constructive criticism for myself. My aim is to better my writing. If If the criticism is constructive, I write better and you in return get a more enjoyable story. But, meanness is hurtful.

As for translations, if you wish to offer your opinion, please do so kindly. Elisabeth really does work very hard. She has a lot of responsibilities, a difficult job, her family as well has her health to worry about. The translation is her kind gesture. I appreciate it and I will always be grateful.

If you any remarks, please email me @ eminethe1st@gmail.com

marianne said...

merci Eminé :) par contre bien vulgaire la manière qu'à Elisabeth de répondre!

Sarah said...

Elisabeth, je comprends bien que c'est difficile de faire une traduction. J'étais tellement pressée de connaitre la suite que je l'ai lu en en anglais en comprenant plus ou moins par moments.
Mais pas tout le monde est à l'aise avec l'anglais... Je peux comprendre la frustration des lectrices, on se sent un peu "flouées". Elles ont exprimé un mécontentement que je partage également, c'est tout. Je pense que tu aurais pu te passer du dernier mot que tu as utilisé...
Ce serait génial si quelqu'un pouvait prendre la relève, car le point de vue de Christian est très intéressant. Voilà tout.

Anonymous said...

Merci pour ces traductions je ne suis pas à l'aise avec l'anglais donc Elizabeth je ne pourrais jamais assez vous remercier!!! je suis ravie que Emine ait fait la suite que E.L.James ne fera probablement jamais donc encore merci pour votre boulot. En espérant que votre santé va mieux cordialement

marilou said...

Fifty Shades est un tsunami littéraire,donc il fallait s'attendre a du mécontentement car la plupart des fans sont amoureuses de christian....une vraie frustration d'arrêter en plein milieu....ayez le courage de publier ce com

Eminé Fougner @ Cowboyland said...

Dear girls,

Again, I want to thank you for your comments, concerns and devotion.

Elisabeth has been having health issues preventing her from being able to type without a lot of pain. You can't be mad at her for being ill. This would be quite unfair. But, as I said before, if you're proficient in English, and willing to translate, I'm willing to give you a chance.

I write the story in English, and it's translated into 5 other languages. I oversee them all. It's a lot of undertaking for one single person. I want to make the rest of the story available in French as well. If you're willing to translate, e-mail me: eminethe1st@gmail.com

Even if my French was enough to translate (it's not), I don't have enough time to translate. It's an open invitation if any one of you wish to translate the story, let me know. So you can continue to enjoy the story.

Above is my email. DON'T hesitate to contact me please. Thank you girls!

Manuella C said...

Je viens de découvrir ce blog et je tien à remercier Elizabeth pour son travail de traduction malgré ces problèmes de santé, d'ailleurs je te souhaite un bon rétablissement!!!!
Je suis comme la plupart impatiente de lire les prochains chapitres évidement, mais comme on dit "La patience est une vertu" et je sais que ça vaudra le coup :)
Bonne continuation
kiss everybody

chloé said...

oui merci de nous laisser en pleine lecture :)

cugier marine said...

bjr,
j'ai découvert votre blog il y a peu et franchement wouahhhhh j'adore au plus au point.... la patience n'est pas mon fort lool surtout que l'histoire est géniale elle correspond tout a fait après je comprends que on a pas toujours le temps on a tous une vie donc pour cela je patienterais le temps qu'il faudra et je vous remercie pour ses traductions courage a vous ;)

cendrine said...

Apparemment nous lecteurs, n'avons pas le droit de donner quelques petits avis sous peine de vexer notre traductrice.Je lis ce blog et, me suis rabbatu sur celui en Anglais vu qu'il n'y a plus rien ici,mais tout le monde n'a pas cette chance de comprendre l'Anglais!Je suis tout à fait d'accord avec les lecteurs mécontents,et oui on ne laisse pas les gens sans nouvelles,surtout quand ces derniers vous bombardent de compliments!Pour ma part je trouve que les quelques malheureuses petites remarques ont été dites avec beaucoup de gentillesse et de diplomatie donc pourquoi Elisabeth s'enflammer pour si peu?Un travail commencé doit être fini et si vous ne pouvez pas le faire alors il serait judicieux de trouver une autre personne.Ooooh quelle élangance votre ultime parole :)

sandrine DE FARIA said...

merciiiiiiiiiiiiiiii je vous adoooore merci pour l ecriture aussi bien que la version ana le l auteur.... j ai laisser le livre de sylvia day que j etais entrain de lire pour vous lire vous et que vous...votre facon d interpreter , d ecrire je regarde tous les jours si vous avez ecrit une suite je suis une fan de votre style merci encore et à tres tres bientôt j espere

sandrine DE FARIA said...

merciiiiiiiiiiiiiiii je vous adoooore merci pour l ecriture aussi bien que la version ana le l auteur.... j ai laisser le livre de sylvia day que j etais entrain de lire pour vous lire vous et que vous...votre facon d interpreter , d ecrire je regarde tous les jours si vous avez ecrit une suite je suis une fan de votre style merci encore et à tres tres bientôt j espere

sandrine DE FARIA said...

merciiiiiiiiiiiiiiii je vous adoooore merci pour l ecriture aussi bien que la version ana le l auteur.... j ai laisser le livre de sylvia day que j etais entrain de lire pour vous lire vous et que vous...votre facon d interpreter , d ecrire je regarde tous les jours si vous avez ecrit une suite je suis une fan de votre style merci encore et à tres tres bientôt j espere

myriam archambault said...

Bonjour
Je vous conseille de lire en anglais emine est formidable. Elle a un style fabuleux et elle publie regulierement. Je me suis decourager Il y a longtemps de lire en francais. La suite est vraiment.fabuleuse. un conseille lisez en anglais. jadore ce blog et cest beaucoup de travail pour emine de cree a partir de la version original de 50 shade. Les traductrices font vraiment un bon travail, mais pour.etre sincere elizabeth na pas la maturiter necessaire pour faire la traduction de de chef doeuvre quemine a cree. La traduction est bonne mais lattitude qui vient avec... jai arreter de la complimenter apres les premier chapitre et je me suis mise a langlais. Je suis contente quemine cherche quelquun dautre. Merci emine love you xx

sandrine DE FARIA said...

merci pour vos conseils mais je ne sais pas lire l anglais sinon j aurai deja devorer toutes les chapitres

marie said...

oui il vaut mieux lire en anglais si on veut une suite! franchement laisser les lecteurs en plan ça ne se fait pas surtout de cette manière!je ne suis pas du genre à supplier et croyez moi je suis une fanatique de christian grey!tant pis j'attendrai que la vraie version sorte en librairie...Eminé un grand merci à vous votre travail est remarquable dommage que votre traductrice n'a pas été jusqu'au bout :(

ana S said...

Ici nous avons remercié,complimenté,attendu et espéré... un jour une personne fait une petite remarque et tout s'arrête avec un mot final bien vulgaire....merci de nous avoir mis l'eau à la bouche!

séverine Valenza said...

bonjour
je viens de découvrir il y a vraiment très peu de temps ce blog et j en suis époustouflée et je remercie énormément la personne qui a traduit cette version car la version de Christian est très intéressante et me plait beaucoup j attend impatiemment la suite mon anglais est bon mais pas assez donc j attend vivement la suite
a moins que cela existe en bouquin version française car je me doute que la personne qui a traduit cela na pas tout son temps a consacre a ce travail là, donc je la remercie encore car cela est très bien traduit et cela n est pas en inadéquation avec la version originale
merci encore je ne sais pas quoi dire d autre a part vivement la suite

Anonymous said...

bonjour
je viens de découvrir il y a vraiment très peu de temps ce blog et j en suis époustouflée et je remercie énormément la personne qui a traduit cette version car la version de Christian est très intéressante et me plait beaucoup j attend impatiemment la suite mon anglais est bon mais pas assez donc j attend vivement la suite
a moins que cela existe en bouquin version française car je me doute que la personne qui a traduit cela na pas tout son temps a consacre a ce travail là, donc je la remercie encore car cela est très bien traduit et cela n est pas en inadéquation avec la version originale
merci encore je ne sais pas quoi dire d autre a part vivement la suite

Anonymous said...

bonjour
je viens de découvrir il y a vraiment très peu de temps ce blog et j en suis époustouflée et je remercie énormément la personne qui a traduit cette version car la version de Christian est très intéressante et me plait beaucoup j attend impatiemment la suite mon anglais est bon mais pas assez donc j attend vivement la suite
a moins que cela existe en bouquin version française car je me doute que la personne qui a traduit cela na pas tout son temps a consacre a ce travail là, donc je la remercie encore car cela est très bien traduit et cela n est pas en inadéquation avec la version originale
merci encore je ne sais pas quoi dire d autre a part vivement la suite

Anonymous said...

Un commentaire aimable, cela fait plaisir. Non, je ne peux pas continuer je dois subir une opération de la main gauche car je souffre beaucoup depuis plusieurs mois. Ceci étant dit, j'ajoute que me faire traiter d'immature (j'ai 52 ans !) qui ne finit pas le travail m'a complètement passé l'envie de traduire ne serait-ce qu'un mot de plus. Je le faisais à titre bénévole et cette pluie de commentaires grincheux n'est pas gratifiante.
En dernier lieu et cela sera ma conclusion, lire que "merde" est vulgaire venant de personnes qui se délectent d'un ouvrage dans lequel il y à des "merde" "putain" et "bite" dans chaque phrase, j'appelle cela l'hôpital qui se moque de la charité.
Je retourne lire Jane Austen.
Cordialement,
EM

emilie pelt. said...

Je constate que je ne suis pas la seule à attendre la suite de la traduction....Mais après avoir lu ces commentaires, je comprends que la suite ne sera peut être jamais...j'en suis profondément navrée...Je trouve dommage que les propos déplacés de certains ont eu raisons de vos traductions... Alors je vais reprendre une citation du chapitre 3:‘L’espoir est une bonne chose, peut être ce qu‘il y a de mieux. Et les bonnes choses sont éternelles.’....je vais donc espérer et patienter

Albana Aliu said...

Un grand merci pour tout ces chapitres!

Pourriez-vous nous dire ce sera pour quand le nouveau chapitre?

Vous êtes la meilleure :)

Albana Aliu said...

Bonjour, je vous remerci de ce que vous faites pour nous.

C'est évident que y a toujours quelqu'en qui nous fait chier, alors ne vous découragez pas.

J'aime beaucoup ce que vous faites, très peu des gens pensent aux autres ainsi.

J'attends avec impatience la suite

Anonymous said...

Non Élisabeth tu vas pas arrêter ??? J'espère que ta main va aller mieux courage bisous
Charlene

cybilldu801 said...

Trop bien traduit. A quand la suite

Anonymous said...

J ai un site ou ya les 3livres en français du oint de vue de Christian

Anonymous said...

c'est dommage de s'arreter en si bon chemin mais bon si vous avais un autre blog avec la traduction des tome 2 et 3 partager ce serai cool pour les lectrice imitante comme moi et bon rétablissement a elisabeth
ps: je doute que les commentaire cherche a vous blesser il exprimais juste leur trop grande impatience et biensure sans vouloir vous vexée et oui merde n'est grossier comparer a tous se qu'on peux lire dans ce livre

Anonymous said...

quel est l'adresse svp ????

Anonymous said...

Je comprend la personne qui en a eu marre d attentre 2 mois et perso sa doit faire un an minimum que j attendai....jy croyais encore jusqu a ce que je lise ses derniers messages decu que a cause d une remarque toute les autres personne qui ont encourage et attendu patiemment se retrouve flouée et mise dans le meme sac que la personne qui a ete moins cool....tres triste decu et l impression qu on ma prise pour une c...ne vraiment j adorai ta traduction je lai lu presque une dizaine de fois pour attendre la suite...suis triste vraiment...et je comprend pas l anglais j y arrive pas donc me dire de traduire moi meme merci bien...c sur que je serai lire une autre langue que le francais j aurai fini depuis longtemps mais c est pas le cas desolee
Bon sinon la personne qui a mis un post comme quoi elle a un site avec les 3 livres en français tu pourrai me donner l adresse jai chercher mais j en ai pas trouver mon adresse c buffy.29@orange.fr merci

Marie said...

Ooh oui svp donnez nous l'adresse!!!!!je mets ma main au feu que tous ceux qui ont lu les cinquante nuances,l'ont lu rapidement car il est très prenant,du coup même si on comprend qu'il faut attendre pour lire la suite sur ce blog,eh bien il y a des limites à l'attente!la remarque était pas bien méchante faut pas abuser!!!!!l'impolitesse est de laisser les gens en plan!

lucie said...

« Je dois vraiment penser au point de vue de Christian Grey pour la suite. Je pense que c’est ce que je vais faire ».Voilà des propos tenu par L.A James,elle y pense sérieusement! alors ne perdons pas espoir de lire la suite et puis quel bonheur de rajouter aux côtés de la trilogie un 4eme tome!et vivement le film n'Est-ce-pas? je lance un débat à vous lecteurs:quel acteur auriez-vous vu pour incarner le rôle? moi c'est l'irrésistible et talentueux MATT BOMER!!!!!et vous?

Anonymous said...

Bonjour la personne qui à les trois tome version Christian en français mon mail est ninilaroche@hotmail.com

Merci :-)

Anonymous said...

Bonsoir, pourriez-vous me donner le nom du site? J'ai déjà lu les tomes 1&2, il me manque le tome 3 version Christian. Vous en remerciant par avance, cordialement

brandon lamerant said...

bonjour moi aussi je cherche la suite version christian.
donc si vous avez les site ou je pourrai au moins lire le tome 2
ou avoir les 3 merci de m'en faire part.
mon adresse: chryssielam@gmail.com
chryssie lamerant

Anonymous said...

Je suis dans le même cas que vous deux moi aussi je cherche la suite version Christian. Si quelqu'un les a svp j'aimerais bien les avoir. Mon e-mail est le suivant: ckat006@yahoo.fr Merci à l'avance car je ne crois pas que nous pourrons avoir la suite autrement. Je suis triste car j'ai peur de ne jamais avoir la suite :-(

Claudine C said...

Bonjour moi aussi je suis comme vous deux et je chercher à avoir la suite du point de vue de Christian ou avoir les 3 si possible, alors si quelqu'un sait où je peux me les procurer SVP pourriez-vous me les envoyer par e-mail à : ckat006@yahoo.fr Merci à l'avance.

Anonymous said...

Bonjour, je suis contente d apprendre que je vais sûrement pouvoir finir cette traduction même si ce n est pas par le biais de site. Je trouve vraiment dommage de nous laisser comme ça même si je comprend aussi Élisabeth que certaine remarque vous ai blessé. Si la personne qui a l'adresse ou trouvé la suite mon mail est galaxiye@hotmail.com . Merci d avance

Anonymous said...

pareil, si vous connaissez un site :)

stephanienicoletti@hotmail.com

vchiste said...

C'est chouette !! Quelqu'un, par hasard, a la suite ?
Je suis super interesee (#vchiste@noos.fr) !
Merci d'avance.

vchiste said...

C'est chouette !! Quelqu'un, par hasard, a la suite ?
Je suis super interesee (#vchiste@noos.fr) !
Merci d'avance.

Anonymous said...

J'ai découvert ce blog il y a peu. J'admire le travail de la traductrice un grand bravo. Perso je comprend tout à fait que les commentaires négatifs vous aient refroidis mais j'espère quand même pouvoir lire une suite(on peut toujours espérer),j'espère que vos problèmes de santé se sont arrangés dans le cas contraire je vous souhaite un bon rétablissement.
Je suis FAN donc si quelqu'un connait un autre suite sur le point de vue de Christian je lui serai reconnaissante de me l'envoyer à cette adresse : elletseregel@gmail.com
Merci beaucoup

Anonymous said...

Si il y a un autre site merci de me le communiquer à cette adresse: elletseregel@gmail.com
En tout cas un grand merci à la traductrice en espérant que votre état de santé s’améliore. Je suis toujours dans l'espoir que vous repreniez la traduction car vous faite un travail génial pour nous lecteur . Merci et à bientôt j'espère !!

PILINE said...

Bonsoir , si il y a un site avec la traduction des 3 tomes merci de le faire partager mon adresse: pauline.amat@hotmail.fr
j'espére que je pourrais finir la traduction sur ce site mais cela fait longtemps et je pense que Élisabeth est fâchée :(
voila merci de votre partage.

kity said...

Bonjour, je suis moi aussi à la recherche d'une traduction car je lis un petit peu l'anglais mais sans plus. Si quelqu'un à une adresse ou une traduction, faites le moi savoir, merci: jessica.jeanroydu25@gmail.com merci d'avance

Anonymous said...

je recherche aussi à avoir la traduction car je ne lis pas assez bien l'anglais... deplus utiliser le traducteur Google n'est pas la meilleur solution, voici aussi mon adresse mail: sandrine_lecomte@live.be. J'espère bientôt vous lire...

angélique said...

Coucou à mon avis il n'existe aucun autre site et si c le cas pourquoi tant de mystère!soyons patients le film arrive bientôt et des rumeurs circulent comme quoi LA James écrit la suite "version grey"....quelle impolitesse d'arrêter en pleine écriture!

mariannefanaddict said...

http://fr.calameo.com/read/003305912929195c41687 à force de chercher j'ai trouvé!!!!!! bonne lecture les fans :)

Anonymous said...

Bonjour, pourrais-je avoir la traduction des autres chapitre et tome car utiliser Google traduction n'est pas génial
Sandrine_lecomte@live.be

Marianne said...

J'ai donné l'adresse du site mais mon message n'a pas été publié!

Anonymous said...

Moi aussi je cherche la suite je suis prise dedans et Google trad. C est plus que bof. Y a t il le tome 2 vu par Christian ?

Anonymous said...

Bonjour, si quelqu'un connais un site où l'on puisse lire la suite de 50 nuances vu par Christian je suis preneuse, comme vous toutes je suis accro. Merci voici mon mail manueladalle@hotmail.fr

Anonymous said...

si vous avais un site ou le tome 2 et 3 est traduit dite le moi a divadunet@live.fr la versionvu par christiane