StatCtr

Wednesday, October 23, 2013

Tome II en Français - Chapitre III - Christian Grey et Anastasia Steele

JE SAIS QUE TU ME VEUX

Tome 2 Chapitre 3


Traduit par: Elisabeth Mazaltov

Edité par: Elisabeth Mazaltov et Hélène B.


 Je conduis Anastasia dans un petit restaurant Français « Le Picotin. » Je ne l’ai pas vraiment choisi, mais c’est le seul qui soit proche de la galerie et je n’ai pas l’intention d’attendre plus longtemps pour la faire manger.

J’aimerais l’emmener dans un grand restaurant tenu par un chef étoilé et qui dispose d’une belle cave, mais je suis malheureusement pris par le temps.

Je bougonne: « Ca fera l’affaire car nous avons peu de temps. » Le restaurant est peint en rouge sang à l’instar de ma salle de jeux. Les chaises sont en bois, les nappes dépareillées et des petits miroirs sont accrochés un peu partout. Sur les tables sont disposées de petites bougies blanches et des vases contenant des roses blanches elles aussi. En fond sonore on entend Ella Fitzgerald chanter « cette chose qu’on appelle l’amour. » Sa voix de crooneuse parfait l’ambiance romantique. 

This Thing Called Love by Ella Fitzgerald

L’hôtesse nous conduit à une table pour deux située dans une petite alcôve. Anastasia, inquiète, s’assied en face de moi. Franchement je n’en mène pas large car hormis sa réaction à mon baiser, elle n’a montré aucun signe indiquant son intention de renouer avec moi. Toutefois, nos corps sont tellement au diapason l’un de l’autre qu’ils donnent l’impression de parler un langage compréhensible d’eux seuls.

« Nous sommes pressés » dis-je au serveur pour l’inciter à accélérer le service. « Nous prendrons deux steaks d’aloyau cuits à point, de la sauce béarnaise si vous en avez,  des frites et des haricots verts ou ce que le chef peut nous proposer. Et apportez- moi la carte des vins. »

« Certainement Monsieur. » Le serveur semble surpris mais j’ai l’habitude de ce genre de réaction car elle est habituelle face à quelqu’un qui prend la direction des opérations, et c’est précisément ce que j’ai décidé de faire ce soir. Je pose mon Blackberry sur la table. Anastasia boude en silence puis elle se met à parler: « Et si je n’aime pas le steak ? »

Je soupire. En mon for intérieur je demande à Dieu de m’accorder de la patience !

« Ne commence pas Anastasia. »

« Je ne suis pas une gamine, Christian. » dit-elle à voix basse en se penchant vers moi.

« Alors arrête de te comporter comme telle. » Moi aussi je me suis penché en avant. Immédiatement elle se redresse, la défiance se lit sur son visage, elle cligne des yeux. Nous sommes tous deux tendus et nerveux. La situation ne se présente pas du tout comme je l’espérais.

Vexée elle murmure : « Je suis une enfant parce que je n’aime pas le steak ? »

Comment peux-tu être aussi bouchée Anastasia ? Tu m’as rendu dingue ! J’ai failli faire une crise cardiaque quand tu t’es pendue au cou de ce photographe. Je n’ai jamais été aussi jaloux de toute ma vie ! Tu es à moi ! 

Love You Long Time by PTX



« Tu me rends délibérément jaloux. C’est un comportement puéril. N’as-tu donc aucune considération pour les sentiments de ton ami pour le provoquer de cette manière ? »  Nerveusement je pince mes lèvres l’une contre l’autre. Le serveur revient avec la carte des vins. Tout mon corps tremble encore de jalousie, de passion et de colère. Anastasia rougit.  Je suis ravi qu’elle prenne enfin conscience de la légèreté de son comportement. Je me plonge dans la carte des vins pour ne pas la regarder.

Bien, puisque Mademoiselle veut choisir, je vais la laisser faire pour le vin. Après tout je pense pouvoir survivre à son choix.  « Veux-tu choisir le vin ? » Je hausse un sourcil en attendant sa réponse.

« Non, choisis. » répond-elle boudeuse mais assagie.

Je commande deux verres de Barossa Valley Shiraz. Ce à quoi le serveur, embarrassé, me rétorque que ce vin n’est servit qu’à la bouteille. C’est pas vrai ! Ils se sont tous donné le mot ou quoi ?

« Bon alors une bouteille. »

« Bien Monsieur. » dit-il en dégageant le plancher. Anastasia observe la scène et fronce les sourcils.

« Tu es très bougon. » Vraiment ? Tu crois ?

Je la regarde, impassible, bien que je ne le sois pas du tout.

« Je me demande bien pourquoi ? »

« Eh bien c’est une bonne idée de donner le ton pour une franche et intime conversation sur notre avenir. Tu ne crois pas ? » dit-elle en me souriant gentiment.

Une fois de plus elle me réprimande… Je pince mes lèvres. Je réalise que je laisse la colère et d’autres émotions prendre le contrôle et c’est précisément ce que je ne veux pas. Bien malgré moi, je sens mes lèvres esquisser un sourire. Je tente de le réprimer mais j’échoue lamentablement.

« Je suis désolé. »

« Excuses acceptées et je suis ravie de t’apprendre que je ne suis pas devenue végétarienne depuis notre dernier repas. » dit-elle. C’est sans doute vrai mais comme elle n’a rien avalé depuis lors, sa remarque compte pour du beurre.

« Puisque c’est aussi la dernière fois que tu as pris un repas, je pense que c’est un point discutable. »

« De nouveau ce mot : discutable. »

Amusé, je répète le mot : « Discutable. » L’impatience me rend nerveux. Mon cœur est oppressé. Je passe mes mains dans mes cheveux. « Ana, la dernière fois que nous avons parlé, tu m’as quitté. Je suis un peu nerveux. Je t’ai dit que je voulais que tu reviennes et tu … tu n’as rien répondu. » J’ai parlé avec mon cœur, mes sentiments sortent par tous les pores de ma peau.

Qu’est-ce qu’elle imagine ? Je suis atrocement nerveux et je ne supporte pas ça ! J’ai négocié des accords engageant des millions de dollars, signé des contrats faramineux et je n’ai jamais été fébrile à ce point là parce que j’étais dans mon élément. Mais avec Anastasia c‘est n‘importe quoi. Mes émotions prennent le dessus, mon cœur chavire et mon cerveau se fait la malle quand j’en ai le plus besoin. Je la regarde attentivement, suspendu à ses lèvres. Elle est stupéfaite.

« Christian, tu m’as manqué …  Terriblement manqué. Ces derniers jours ont été … difficiles.» Elle soupire puis me regarde étrangement et bredouille: « Rien n’a changé. Je ne peux pas être celle que tu attends. »

« Tu es exactement celle que je veux. » dis-je avec fougue.

« Non Christian, ce n’est pas vrai. »

« Tu es bouleversée par ce qui est arrivé la dernière fois. J’ai agit d’une façon stupide et toi … Toi aussi. Pourquoi n’as-tu pas utilisé le mot d’alerte Anastasia ? » Mon ton est accusateur. Je n’ai pas cessé d’y penser. Je lui ai toujours rappelé qu’elle devait utiliser le mot d’alerte si ça devenait trop intense dans la salle de jeux mais elle ne l’a pas fait Elle me dévisage sans rien trouver à répondre.

« Réponds moi.» 

Fields of Gold by Eva Cassidy

« Je ne sais pas. J’étais dépassée. J’essayais de me comporter comme tu le voulais, de gérer la douleur et ça m’est complètement sorti de la tête. Tu comprends … J’ai oublié. »

Quoi ? J’ai traversé l’enfer toute la semaine juste parce qu’elle a oublié d’utiliser le mot d’alerte ? Oh mon Dieu ! Je suis consterné ! Mortifié !

C’est l’horreur. Je suis si atterré que j’agrippe les bords de la table en criant « Tu as oublié ! »

Elle s’adosse à sa chaise en réalisant les conséquences de son « oubli ». Nous avons tous les deux vécus un enfer parce qu’elle a oublié de dire le mot d’alerte !

« Comment puis-je te faire confiance, Anastasia ? » Dis-je à voix basse. Je lui faisais confiance, j’étais persuadé qu’elle utiliserait le mot d’alerte, qu’elle respecterait les règles. Je le lui ai rappelé maintes et maintes fois. Comment est-ce possible ?

C‘est à ce moment que le serveur apporte le vin qu’il verse dans mon verre pour que je le goûte. Machinalement j’avale une gorgée. « Très bien » dis-je d’un ton sec.

Il remplit nos verres, pose la bouteille sur la table et conscient de la tension ambiante il s’éclipse sans demander son reste. Mes yeux sont scotchés sur Anastasia. L’atmosphère est pesante. Je suis sans voix. La seule chose que je sois capable de faire c’est la regarder fixement. Elle rompt la glace en avalant une grande gorgée de vin, sans doute pour se donner du courage.

« Je suis désolée. » murmure t’elle. De quoi ? Est-ce qu’elle dit ça comme la nuit ou elle m’a quitté ? Est-elle en train de dire que ça ne peut pas marcher entre nous ? C’est ça ? Je suis affolé.

Inquiet, je lui demande: « Pourquoi es tu désolée? »

« Parce que je n’ai pas utilisé le mot de sécurité. » Je me sens soulagé. Il y a encore de l’espoir ! Merci mon Dieu !

« Nous aurions pu nous épargner toute cette souffrance. »

D’un air suspicieux elle lâche: « Tu as l’air d’aller bien. »

Je vais bien ? Moi ? Je suis mort plusieurs fois chaque jour ! Je me suis lentement vidé de mon sang ! Mon cœur a été arraché et piétiné sous mes yeux ! J’ai perdu ma raison d’être ! Et toi Anastasia tu trouves que je pète la forme? Tu n’imagines pas à quel point tu es à côté de la plaque !

« Les apparences peuvent être trompeuses. » dis-je calmement. « Je vais tout sauf bien. J’ai l’impression que le soleil s’est couché et ne s’est plus levé pendant cinq jours, Ana. Je vis dans une nuit perpétuelle. » Ma voix se brise. J’ai vécu l’enfer, fracassé, anéanti, perdu…

« Tu as dit que tu ne partirais jamais. Et pourtant au premier coup dur tu es partie. »

« Quand ai-je dit que je ne partirais jamais ? »

« Dans ton sommeil. Ca a été la chose la plus rassurante que j’aie entendue depuis bien longtemps, Anastasia. Ca m’a permis de me détendre. Ca a été ma bouée de sauvetage, l’espoir auquel je m’accrochais. »

Elle ne dit rien ! Rien ! Elle ne me regarde pas et se penche pour attraper son verre. Ses sentiments ont-ils changé ? J’ai besoin de savoir !

« Tu as dit que tu m’aimais. Est-ce du passé ? » Je suis anxieux.  ‘Je t’en prie dis non ! Je t’en prie dis non ! Anastasia, je t’en prie dis non ! ‘Je t’en prie’ Je la supplie dans ma tête. Moi je n’ai jamais cessé de t’aimer !

« Non Christian, ce n’est pas le cas. » Je soupire de soulagement. Je la regarde, le cœur gonflé d’espoir. Je murmure : «  Bien. »

Je sais bien que j’ai eu la frousse de ma vie quand elle m’a dit qu’elle m’aimait alors qu’elle était consciente et bien éveillée. Je me sentais indigne de son amour. Mais ensuite j’ai réalisé que j’en avais besoin, je ne peux pas vivre sans son amour. Il m’est indispensable comme l’air que je respire !

Le serveur apporte nos plats, pose nos assiettes devant nous et dégage à toute allure compte tenu de l’ambiance explosive à notre table.

« Mange. » Je veux qu’elle reprenne des forces. Elle regarde son assiette d’un air perplexe sans y toucher. « Pourquoi ne manges tu pas ? Tu dépéris sous mes yeux aussi vite qu’un glaçon fond dans le désert. » Ma colère refait surface.

« A Dieu ne plaise, Anastasia, si tu ne manges pas je vais te renverser sur mes genoux en plein restaurant, et ça n’aura rien à voir avec une quelconque gratification sexuelle. Mange. »

« D’accord, je vais manger. S’il te plait range ta main qui te démange. »

Je la dévisage. Je veux qu’elle mange tout de suite ! Elle continue de regarder son assiette. Elle prend ses couverts et tranche un morceau de steak. Quand elle commence à mastiquer je me sens soulagé. Nous mangeons en silence.

Elle lève les yeux et me surprend à la regarder manger. Je suis fou de cette femme, fou amoureux ! Dingue d’elle ! Je suis en admiration devant tout ce qu’elle fait !

Nous sommes puissamment liés l’un à l’autre. Je ne suis rien sans elle.

« Tu sais qui chante ? » demande t’elle me sortant de mes rêveries. Je me concentre sur la chanson. Je n’ai jamais entendu ni la chanteuse ni la chanson mais c’est juste magnifique.

« Non … mais elle chante bien en tout cas. » dis-je un sourire aux lèvres. 

Arms by Christina Perri

« Quoi ? »

Je secoue la tête. « Mange. »

Après avoir mangé environ la moitié de son assiette elle m’annonce qu’elle ne peut pas en avaler d’avantage et ajoute : « Ai-je suffisamment mangé Monsieur ? »

Je l’observe en silence. J’aimerais qu’elle finisse son assiette parce qu’elle est vraiment trop mince. Je ne réponds pas. Je veux vérifier l’heure afin de savoir si Taylor est déjà là, si ce n’est pas le cas, je pourrai probablement la convaincre d’avaler quelques bouchées de plus.

Elle ajoute qu’elle est rassasiée et boit une gorgée de vin.

« On doit se dépêcher. Taylor attend et tu dois te reposer car demain tu travailles. »

« Toi aussi. »

« J’ai besoin de moins de sommeil que toi Anastasia. Au moins tu as avalé quelque chose. » Je me sens plus tranquille de savoir qu’elle a mangé.

« On ne rentre pas avec Charlie Tango ? »

« Non, je me doutais que j’allais boire. Taylor nous récupère. Comme ça au moins je vais t’avoir pour moi seul pendant quelques heures dans la voiture. Que pourrons-nous faire à part parler ? »

Il faut que ça marche, il faut qu‘elle m‘écoute. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour ça. C’est mon unique chance de lui parler.

Je fais signe au serveur et lui demande l’addition. Puis j’appelle Taylor.

« Nous sommes au Picotin sur Southwest, 3ème avenue. »

Anastasia me regarde surprise par mon ton cassant.

« Tu es pète-sec avec Taylor, avec la plupart des gens d’ailleurs. »

« Je vais droit au but Anastasia. »

« Tu n’as pas été droit au but ce soir. Rien n’a changé Christian. » Là, elle a tort. Tout a changé et je veux rectifier toutes mes erreurs.

« J’ai une proposition à te faire. »

« Tout a commencé avec une proposition. » dit-elle avec morgue.

« Une proposition différente. » C’est une chouette proposition dont j’espère qu’elle ne pourra pas la refuser.

Le serveur revient avec l’addition, je lui tends ma carte de crédit. J’ai hâte de sortir d’ici.

J’observe Anastasia attentivement. Il faut que j’arrange tout ce soir. Il ne faut pas que je me dise ensuite « Qu’est-ce qui aurait pu arriver… SI ? » Parce qu’il ne doit pas y avoir de ‘si’. Je n’ai pas le choix, c’est maintenant ou jamais.

Tandis que je compose mon code, mon Blackberry vibre. C’est un SMS de Taylor qui prévient qu’il est devant le restaurant. Je me lève et tends ma main à Anastasia.

« Viens. Taylor est dehors. »

Nous sortons main dans la main. J’embrasse ses doigts. « Je ne veux pas te perdre Anastasia. » dis-je avec ferveur. A son contact, tout mon corps frissonne d‘émotion et de désir.

L’Audi nous attend devant le restaurant. J’aide Anastasia à monter dans la voiture. Je me dirige côté conducteur. Taylor comprend que j’ai deux mots à lui dire et sort du véhicule.

« Taylor, veuillez mettre vos écouteurs jusqu’à nouvel ordre. Je souhaite que vous synchronisiez votre Ipod avec l’habitacle afin que je sois sûr que vous ne pouvez entendre la conversation. »

« Bien Monsieur. » dit-il et il s’exécute aussitôt devant moi.

« On y va ! »

« Oui Monsieur. »

Je vais m’asseoir à côté d’Anastasia. Elle me jette un œil curieux puis regarde droit devant elle. Je reste imperturbable.

Du coin de l’œil, je la vois qui m’observe en douce, on dirait qu’elle m’enregistre comme pour se souvenir de moi, comme si c’est la dernière fois qu’elle me regarde. Je la laisse me contempler tout son soûl, qu’elle admire donc ce qu’elle va avoir parce qu’elle ne me perdra pas, pas si je peux l’empêcher…

Taylor synchronise son Ipod avec la stéréo de la voiture et un aria de Puccini envahit l’habitacle 

O Mio Babbino Caro sung by Angela Gheorghiu

La voiture démarre et nous prenons la direction de l‘autoroute I-5 vers Seattle. La circulation est fluide.

C’est le moment de commencer à parler à Anastasia, maintenant que Taylor ne peut plus nous entendre. Je me tourne vers elle afin de lui parler face à face.

« Comme je le disais j’ai une proposition à te faire, Anastasia. » Elle jette un regard inquiet en direction de Taylor.

« Taylor ne peut pas t’entendre. » dis-je pour la rassurer mais elle a l’air d’en douter.

« Comment ça ? »

J’appelle Taylor mais il ne répond pas. Je l’appelle à nouveau mais il ne bouge pas. Je me penche et tapote son épaule. Taylor ôte un de ses écouteurs.

« Oui Monsieur ? »

« Merci Taylor. C’est parfait. Vous pouvez remettre votre écouteur. »

« Bien Monsieur. »

« Tu es satisfaite ? Il écoute de la musique sur son Ipod. Puccini. Oublie qu’il est là. C’est-ce que je fais. » dis-je d’un air dégagé.

« Tu lui as délibérément demandé de faire ça ? »

« Oui. »

Elle secoue la tête comme pour se remettre les idées en place. « D’accord alors ta proposition ? »

On y est. Je dois abattre mes cartes et j’ai intérêt à avoir la main heureuse. Je me compose ma tête d’homme d’affaires, celle que j’arbore quand je veux absolument remporter une négociation. Anastasia est toute ouïe. Elle tire une drôle de tronche genre « je veux bien négocier mais tu n’as pas intérêt à me proposer de la merde. »

« Laisse-moi d’abord te poser une question. Veux-tu une relation vanille normale sans aucune petite baise perverse ? » Nous n’avons jamais eu de problème avec les cochonneries, les petites jeux pervers et cie mais je tiens à clarifier la situation une bonne fois pour toutes. Si je me fie à mon instinct, elle aussi aime bien ça. Mais je dois savoir ce qu’elle a dans le ventre et l’entendre de sa bouche.

« Baise perverse ? » dit-elle choquée et mal à l’aise car Taylor est présent dans la voiture bien qu’il ne puisse pas entendre.

« Oui baise perverse. » Je confirme. 

Lost by Bruno Mars

C’est précisément ce que c’est et il faut appeler un chat un chat.

« Je n’arrive pas à croire que tu aies pu dire ça. » dit-elle en regardant nerveusement Taylor.

« Eh bien je l‘ai dit. Réponds-moi. » Mon ton est calme mais déterminé. Je dois disséquer chaque aspect de notre relation car elle n’est pas très communicante. Je ne dois négliger aucun détail afin de la rendre heureuse à 100%. Elle s’empourpre et timidement regarde ses mains.

« J’aime bien tes baises perverses. » Elle a murmuré tout bas, confirmant mon intuition.

Mon Dieu du sexe intérieur fait une pirouette de joie. C'est une première victoire, mais d'autres points doivent être éclaircis pour que j'ai une vision limpide de ses désirs.

« C’est ce que je pensais. Alors qu’est-ce que tu n’aimes pas? » Elle soupire en me regardant. Puis elle inspire profondément comme pour évacuer son angoisse ou je ne sais quel agacement. Elle reste silencieuse un long moment, je la fixe sans même cligner des yeux.

« La menace d’une punition cruelle et inhabituelle. » Cela signifie des tas de choses, du moins des choses différentes selon les gens. Il faut que je sache ce qu’elle entend par là.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Eh bien tu as toutes ces cannes, ces fouets et un tas de trucs dans ta salle de jeux et ça me fiche la trouille. Je ne veux pas que tu t’en serves sur moi. » Je les ai déjà détruit de toute façon, donc ce n’est plus un problème.

« D’accord, alors pas de cannes, pas de fouets - ou de ceintures dans ce cas précis » dis-je avec sarcasme, conscient de ce qui a conduit à notre rupture.

Elle n’en croit pas ses oreilles et me regarde complètement déconcertée.

« Es tu en train de redéfinir les limites ? »

« Pas tant que ça. J’essaye simplement de te comprendre, d’avoir une idée plus précise de ce que tu aimes et de ce que tu n’aimes pas. » Elle commence à comprendre et répond :

« Fondamentalement, Christian, c’est la joie que tu éprouves à me faire du mal qui est difficile à gérer. Et aussi que tu le feras parce que j’aurai franchi une ligne arbitraire. » dit-elle d’une seule traite.

« Mais ce n’est pas arbitraire, les règles sont définies. »

« Je ne veux pas de règles. » Voilà c’est bien ce que je pensais. On peut toujours négocier sans dévoiler ce qu’on est prêt à laisser tomber.

« Pas du tout ? »

« Aucune règle. » dit-elle en secouant la tête. Sacrée bonne femme ! Tu devrais bosser pour moi avec tes talents de négociatrices. Si tu peux réussir à me mettre à genoux, tu peux faire céder n’importe qui.

« Mais ça ne te dérange pas que je te donne une fessée ? »

« Une fessée ! Mais avec quoi ? » Elle plisse les yeux, elle négocie pied à pied déterminée à obtenir le meilleur arrangement. C’est parfait, parce qu’elle aussi est assise à la table des négociations et qu’elle aussi tente de tirer les meilleures cartes.

«  Ça. » dis-je en soulevant ma main. Elle change d’attitude. Elle se tortille sur la banquette, tentant de dissimuler son trouble, se remémorant sans doute toutes les fois ou je lui ai donné une fessée lors de nos jeux sexuels.
« Non, pas vraiment. » répond-elle gênée et rougissante. « Particulièrement avec ces boules argentées … » Sa réponse me fait sourire. J’avais bien vu, elle aime bien la fessée dans un contexte sexuel.

« Oui c’était bon. »

« Plus que bon. » murmure t’elle abondant dans mon sens.

« Donc tu peux supporter un peu de douleur. » Elle hausse les épaules.

« Oui, je suppose. » Sa respiration se fait plus rapide.

Hmmm … Tout n’est pas perdu entre nous. Mon cœur bat la chamade. Je caresse mon menton en me demandant comment formuler ma proposition pour qu’elle ne puisse pas la refuser.

« Anastasia, je veux qu’on recommence tout depuis le début.  Je voudrais qu’on ait une liaison romantique et puis ensuite, peut être, quand tu me feras confiance et que je serai sûr que tu es honnête et que tu communiques avec moi, on pourra faire certaines choses que j’aime. » Voilà j’ai abattu mes cartes.

Elle me regarde médusée, comme si elle avait mal entendu, livide. Je peux jurer que ce n’est pas du tout ce à quoi elle s’attendait. Je ne sais pas ce qu’elle pense. Son visage est impassible. Il ne fait aucun doute qu’elle est sidérée par ce que je suis prêt à faire pour elle. Bien qu’elle soit totalement immobile et silencieuse, il semble que son cerveau fonctionne encore.  Elle finit par retrouver l’usage de sa voix et demande : «  Et à propos des punitions ? »

« Pas de punition. Aucune.» dis-je en secouant la tête. J’ai pris cette décision la nuit ou elle m’a quitté.

« Et les règles ? »

« Pas de règles. » Bébé tu ne sais pas jusqu’où je pourrais aller pour te garder ! Combien tu comptes pour moi. Tu n’imagines pas même pas la profondeur de mon amour.

« Aucune ? Mais tu en as besoin. »

« J’ai bien plus besoin de toi, Anastasia. Ces derniers jours ont été un enfer. Tout en moi me disait de te laisser partir parce que je ne te mérite pas. » Je soupire.

« Ces photos que ce garçon a prises … que José a prises … Je comprends comment il te voit. Tu as l’air si sereine, si belle, non pas que tu ne sois pas belle là, maintenant. Je vois ta douleur. C’est dur de savoir que j’en suis responsable. Je suis un égoïste. Je t’aie voulue dès l’instant où tu es tombée dans mon bureau. Tu es délicieuse, honnête, chaleureuse, forte, pleine d’esprit, d’une innocence charmante, la liste est infinie. Je suis en admiration devant toi. Je te veux et l’idée que que tu puisses sortir avec quelqu’un d’autre c’est comme un couteau planté dans mon âme sombre. »

Anastasia reste muette, pour une fois sa grande gueule est à court de mots. Elle respire à toute allure comme si elle courrait un marathon particulièrement rude. Puis soudain, elle rassemble ses pensées et les paroles jaillissent:

« Christian, pourquoi penses tu que tu as une âme sombre ? Je ne dirais jamais ça. Triste, sans doute, mais tu es un homme bon. Je le sais… tu es généreux, tu es gentil, tu ne m’as jamais menti. Et je n’ai pas fait beaucoup d’efforts. » Je suis abasourdi.

« Ce qui s’est passé samedi a été un vrai traumatisme pour moi. Ça a été un électrochoc.  J’ai compris que tu avais voulu y aller en douceur avec moi mais que je ne pouvais pas être celle que tu voulais que je sois. Puis, après que je sois partie, j’ai réalisé que la douleur que tu m’avais infligée n’était rien comparée à la douleur de te perdre. Je veux te faire plaisir, mais c’est difficile. »

Je murmure : « Tu me fais plaisir tout le temps, combien de fois devrais-je te le dire ? »

« Je ne sais jamais ce que tu penses. Parfois tu es si ténébreux… Tu es fermé comme une huître. Tu m’intimides. C’est pour ça que je me tiens tranquille. Je ne sais jamais quelle va être ton humeur. Elle change du tout au tout en une fraction de seconde. C’est déconcertant. En plus tu ne me laisses pas te toucher et j’en meurs d’envie. Je voudrais tellement te montrer combien je t’aime. » Je suis stupéfait. Je pensais qu’elle ne m’aimait plus. Elle n’a montré aucun signe du contraire depuis que je suis allé la chercher à son bureau. Mon cœur déjà accablé en a été meurtri. Mais ce qu’elle vient de dire est comme un souffle emportant mes angoisses, une vague éteignant le feu qui me dévore depuis qu’elle est partie.  C’est la première fois depuis une semaine que je me sens heureux, profondément heureux. Si ce n’est pas le paradis, je ne sais pas ce que c’est ! Je cligne des yeux dans l’obscurité, je ne suis pas sûr d’avoir bien compris ce qu‘elle vient de dire. Elle déboucle sa ceinture de sécurité et grimpe sur mes genoux, elle me prend de court. Elle prend ma tête entre ses mains.

« Je t’aime Christian Grey. Et tu es prêt à faire tout ça pour moi. C’est moi qui ne te mérite pas et je suis désolée de ne pas pouvoir en faire autant pour toi. Avec le temps, peut être… Je ne sais pas… mais oui, j’accepte ta proposition; Où dois-je signer ? »

Si je mourrais maintenant, je mourrais heureux ! Elle n’a jamais cessé de m’aimer. Elle est prête à faire des concessions, à s’adapter à mes besoins. Merci mon Dieu ! Merci d’avoir entendu mes prières ! J’aime tellement cette femme !

Je réalise enfin que tout cela n’est pas un rêve, que ce n’est pas un sale tour que me joue mon cerveau et qu’Anastasia m’aime vraiment, moi ! Cet homme insignifiant que je suis ! Je passe mes bras autour d’elle et je la plaque contre moi.

« Oh Ana ! » J’enfouis mon nez dans ses cheveux, je les embrasse, j’inhale leur parfum. Nous restons assis, enlacés, écoutant un morceau de piano apaisant, miroir parfait de ce que nous ressentons

Bella’s Lullaby from Twilight

Elle est blottie dans mes bras, la tête posée sur mon épaule. Je caresse doucement son dos, comme pour consoler nos âmes maltraitées, mises à rude épreuve depuis la semaine passée.

Je murmure : « Le toucher est une limite à ne pas franchir pour moi, Anastasia. » Je voudrais tellement qu’elle me touche, qu’elle pose ses mains là où personne n’a jamais eu le droit de le faire. Mais je ne peux pas et ça me tue de devoir lui refuser !

« Je sais. J’aimerais comprendre pourquoi. » Je soupire. Elle a le droit de savoir. Elle a fait tellement de concessions pour moi et je veux être franc avec elle.

« J’ai eu une enfance atroce. Un des macs de la pute camée …  Je m’en souviens». Tout mon corps se raidit au souvenir des tortures, des punitions et des coups que m’infligeait le mac. Je frissonne. Elle aspire une grande goulée d’air, elle est inquiète pour moi et resserre ses bras autour de mon cou comme pour me rassurer, m’apaiser et me consoler. De tous les gestes qu’elle a jamais eus pour moi, celui-ci est le plus bienveillant et le plus bienfaisant. Elle m’aime !

« Elle a abusé de toi? Ta mère, je veux dire. » Demande- t’elle d’une voix douce, émue.

« Non, pas que je m’en souvienne. Elle était négligente. Elle ne m’a pas protégé de son mac. » Je ricane et ajoute : « Je pense que c’est moi qui veillais sur elle. Quand elle a fini par se suicider, il s’est écoulé quatre jours avant que quelqu’un  s’inquiète et nous trouve … Je me souviens de ça. » En effet, c’est un cauchemar qui revient encore et encore presque chaque nuit.

Anastasia, horrifiée, en a le souffle coupé. « C’est vraiment dégueulasse » murmure t’elle.

Je chuchote : « En cinquante nuances »

Maintenant, elle a une idée plus précise de mes problèmes et partager cet évènement avec elle fait s’effondrer un mur entre nous.

Elle colle ses lèvres contre mon cou. Outre son amour, son baiser m‘apporte la consolation. Elle inhale mon odeur, elle veut fusionner avec moi et toucher mon âme. Je suis sur la même longueur d’ondes. Je l’enlace et embrasse ses cheveux. Je suis heureux que nous soyons dans les bras l’un de l’autre. Il n’y a rien, ni personne que je veuille en cet instant, à part Anastasia blottie dans mes bras.

Tandis que je la tiens ainsi, elle s’endort doucement. Je la regarde durant de longues minutes. Je caresse ses cheveux, je respire son parfum, un doux mélange de savon, d’air frais et de cette fragrance unique d’Ana. Comme je l’aime ! Que ne ferais-je pas pour elle ! Je suis soulagé de savoir qu’elle est à nouveau à moi. Je vais pleurer ou faire les pieds au mur de joie et de soulagement bien que ça ne soit ni le lieu ni le moment pour ça.

Nous restons ainsi tout le long du trajet vers Seattle. Anastasia se réveille alors que nous roulons dans la ville.

« Salut. » dis-je tout doucement à ses yeux encore lourds de sommeil.

« Désolée. » s’excuse t’elle en clignant des yeux et en s’étirant.

Elle est toujours dans mes bras et je n’ai pas du tout l’intention de la laisser partir.

« Je pourrais passer ma vie à te regarder dormir, Ana. »

« Est-ce que j’ai dit quelque chose ? » demande t’elle inquiète de sa précédente confession nocturne.

« Non. Nous somme presque arrivés chez toi. » Elle est étonnée.

« On ne va pas chez toi ? »

« Non. »

Elle s’assied en me regardant. Elle cherche à lire sur mon visage comme s’il c’était un puzzle très compliqué : « Pourquoi ? »

« Parce que tu travailles demain. » C’est la vérité, mais ce n’est pas toute la vérité.

« Ah bon. » dit-elle la mine boudeuse.

Même si elle n’allait pas  travailler et téléphonait pour dire qu’elle est malade, je préfèrerais attendre et me laisser désirer. Je veux qu’elle me supplie. Si je cédais, cela serait contre productif. L’attente va nous infliger une douce torture, mais ensuite nous ferons l’amour de façon bien plus intense et passionnée.

Voir l’expression de sa frimousse me fait sourire en coin.

« Pourquoi, tu avais des projets ? »

Elle rougit. Ouais ouais ouais, elle avait bien une idée derrière la tête.

« Eh bien, peut être. » répond elle. Je pouffe de rire. « Anastasia, je ne toucherai pas, tant que tu ne m’auras pas supplié de le faire. » 

Everything by Michael Buble

Elle s’exclame « Quoi ! » Elle est sur le cul.

« Comme cela tu communiqueras avec moi. La prochaine fois que nous ferons l’amour, tu devras me dire précisément ce que tu veux. Dans les moindres détails. »

« Ah » Je la soulève pour la faire descendre de mes genoux tandis que Taylor se gare devant son immeuble. Je descends de voiture et lui ouvre la porte.

« J’ai quelque chose pour toi. » dis-je en me dirigeant vers le coffre dont je sors un gros paquet cadeau contenant ses effets personnels : ordinateur portable, Blackberry, Ipad, et les clés de sa voiture. Elle me regarde médusée.

« Tu l’ouvriras chez toi. »

« Tu ne montes pas ? » demande t’elle étonnée.

« Non Anastasia. »

« Alors quand te reverrais-je ? » Bon sang ça fait une éternité que j’attends qu’elle me dise ça.

« Demain. »

Même si jusqu’à demain ça fait un bail, je veux qu’elle supplie par anticipation.

« Mon patron veut que j’aille prendre un verre avec lui demain. » Immédiatement mes traits se figent, je suis sens dessus dessous.

« Vraiment ? » mon ton est menaçant. Le salopard a des vues sur ma femme. 

Next Contestant by Nickelback

« C’est pour fêter ma première semaine. » ajoute t’elle aussi sec. Il y a des tas de femmes qui bossent pour des tas de mecs et ce n’est pas pour autant qu’ils vont boire un coup ensemble pour fêter la première semaine de boulot.  Sauf si le gus a envie de sauter la fille.

« Où ça ? »

« Je ne sais pas. »

« Je pourrais passer te prendre. »

« D’accord … Je t’enverrai un mail ou un SMS. »

« Bien. »

Je l’accompagne devant l’entrée et j’attends pendant qu’elle plonge au fond de son sac à la recherche de ses clés.

La voir là, à côté de moi, avec moi, ça me remue, j‘en suis tout chose. Je me penche et je lui soulève le menton. Ma bouche plane au dessus de la sienne, je ferme les yeux et dépose une trainée de baisers depuis le coin de son œil jusqu’à l’angle de sa bouche mais je m’arrête là sans toucher ses lèvres. Un gémissement de désir s’échappe d’elle preuve qu’elle en veut d‘avantage.

« A demain »

Langoureusement elle murmure : « Bonne nuit Christian. » J’ai compris le message et ça me fait sourire.

«Allez, rentre. » Elle traverse le hall.

Je crie : « A plus bébé. » Puis je retourne à la voiture, complètement  soulagé. Je suis curieux de savoir ce qu’elle va penser, comment elle va réagir à ma déclaration d’amour implicite. J’espère qu’elle va aimer,  qu’elle va comprendre ce que je suis incapable de lui dire en face. En tout cas pour le moment.

Taylor file en direction d’Escala. Lui aussi est manifestement détendu après cette épouvantable semaine que Madame Jones et lui ont du endurer. Il me dépose.

« Merci Taylor. » Il est tout sourire.

Je monte chez moi, me déshabille et enfile un bas de pyjama pour être à l’aise. Je vais me servir un verre de vin puis je m’installe au piano. C’est la première fois depuis bien longtemps que j’ai envie de jouer quelque chose de gai. Mon Blackberry vibre sur le piano. C’est Anastasia.
______________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: IPAD
Date : 9 Juin 2011 23:56
À: Christian Grey

Tu m‘as encore fait pleurer.
J‘aime l‘Ipad.
J‘aime les chansons.
J‘aime l‘application de la British Library.
Je t‘aime.
Merci.
Bonne nuit.

Ana xx
______________________________________

Ses quelques mots me mettent en joie
  ______________________________________
De: Christian Grey
Objet: IPAD
Date: 10 Juin 2011 00:03
À: Anastasia Steele

Je suis content que ça te plaise. Je m‘en suis acheté un. Si j’étais avec toi maintenant, j’embrasserais tes larmes. Mais je ne suis pas là, alors va te coucher.

Christian Grey
PDG, Grey Enterprises Holdings Inc.
______________________________________

J’aimerais être avec elle pour la serrer contre moi, voir sa réaction et embrasser ses larmes. Mais ça attendra. 

Possession by Sarah McLachlan
______________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Mr. Grincheux
Date: 10 Juin 2011 00:07
À: Christian Grey

Tu fais ton  autoritaire comme d’habitude Monsieur Grey. Tu es probablement tendu et bougon. Je sais ce qui pourrait te détendre. Mais bon, tu n’es pas là -  tu n’as pas voulu que je reste et tu veux que je te supplie … Vous pouvez toujours rêver Monsieur.

Ana xx

PS : J’ai bien noté que tu avais inclus l‘hymne du harceleur de Police : “Every Breath You Take.” J’adore ton sens de l’humour. Le Docteur Flynn est-il au courant ?
______________________________________

Comme sa grande gueule m’a manqué. Je projette des façons originales de la punir. 

Every Breath You Take by the Police
______________________________________

De: Christian Grey
Objet: Calme et Zen
Date: 10 Juin 2011 00:10
A: Anastasia Steele

Ma très chère Mademoiselle Steele,

La fessée se pratique également dans les relations romantiques, vous le savez. Normalement de façon consensuelle et dans un contexte sexuel … Mais je serais ravi de faire une exception. Vous serez soulagée d’apprendre que le Docteur Flynn apprécie lui aussi mon sens de l’humour. Maintenant je vous prie d’aller dormir car vous ne dormirez pas beaucoup demain. Par ailleurs vous me supplierez, faites-moi confiance. Et j’ai hâte de voir ça.

Christian Grey
PDG Tendu, Grey Enterprises Holdings Inc.
______________________________________

J’envoie. Maintenant plus que jamais j’aimerais qu’elle soit là. Mais la patience est une vertu et je veux qu’elle me supplie et qu’elle me désire plus qu’elle ne m’a jamais désiré.
 ______________________________________
De: Anastasia Steele
Objet: Bonne nuit, fais de beaux rêves
Date: 10 Juin 2011 00:12
À: Christian Grey

Eh bien puisque c’est si gentiment demandé, et que j’apprécie votre délicieuse menace, je vais me blottir contre l’Ipad  que vous m’avez aimablement offert et m’endormir en parcourant la British Library et en écoutant la musique qui parle pour toi.

Ana xxxx
______________________________________

J’aime quand elle obéit. J’aime quand elle résiste. J’aime quand elle est furieuse. J’aime qu’elle m’aime ! C’est simple je l’aime ! Je suis amoureux !
 ______________________________________
De: Christian Grey
Objet: Une dernière requête
Date: 10 Juin 2011 00:15
À: Anastasia Steele
Rêve de moi.
x

Christian Grey
PDG Tendu, Grey Enterprises Holdings Inc.
______________________________________

C’est la première fois depuis une semaine que je sombre dans un sommeil paisible. C’est comme si Anastasia chassait les cauchemars du mac et des sévices qu’il m’a infligés. Je rêve de nous deux, juste Anastasia et moi. 

Dream On by Aerosmith






49 comments:

Anonymous said...

Bonjour, je lis depuis quelque temps les chapitres vus pas CHristian.... Je suis fan!
Allez vous faire la suite? Es une traduction de l auteur EL James?
Merci de me répondre
Bonne journee

Clara2421 said...

Je me suis pris dans cette histoire ...quand y aura t il la suite !
Es ce EL James qui a écrit cela?

Elisabeth ze translator said...

Bonsoir,

Oui je traduis au fur et à mesure. L'auteur du point de vue de Christian est Emine Fougner. D'ailleurs vous êtes sur son blog !
Ravie que son ouvrage vous plaise.
cordialement
EM

VML said...

Très Bonjour a vous.

Heureuse de vous retrouvez.
Eh bien...c'est à coupé le souffle ce chapitre,que d'amour!! que d' emotions!!

Très grand Merci
VML

Clara2421 said...

Merci de traduire pour nous ... Ça fait du bien au moral...

PILINE said...

Ah j'ai pas pu venir sur le site avant!!mais qu'est ce que cela fait du bien de lire les pensées de notre Christian merci merci traductrice!! j' espère pour toi que tes problèmes perso se sont arrangés :D bon courage merci encore une fan ;)

PILINE said...

j' ai pas pu venir sur le site avant mais qu'est ce que cela fait du bien de lire les pensées de notre christian c'était trop beau!! un grand merci à notre traductrice je suis fan!! en tout cas j'espère que tous tes soucis perso se sont arrangés c'est jamais très cool allez bon courage !!! a bientot et MERCIIII!!!

Anonymous said...

Est ce que vous faite encore la traduction?

Anonymous said...

A quand le prochain !!!??? J'en suis accroc !!!!

Elisabeth ze translator said...

Bonsoir,

désolée le prochain chapitre n'est pas pour tout de suite, je n'ai pas du tout le temps et en plus je pars une semaine en vacances. Il va falloir patienter.
Comme le dit toujours christian Grey (relisez le chapitre 3) après l'attente c'est encore meilleur... hihihi
Cordialement,
EM

Anonymous said...

Vivement les autres chapitres!!!!!! merci

Anonymous said...

Magnifique votre travail! !!

Anonymous said...

Après avoir relu le chapitre 3 une certaine de fois j'ose pouvoir espérer lire bientôt le 4??
Votre travail est si....... orgasmique!!!:).. merci pr tout

Elisabeth ze translator said...

Coucou,

Je suis désolée, j'ai eu des problèmes de santé et un nouveau dégât des eaux (gloups). Mais promis tout début janvier vous aurez deux chapitres d'un coup pour me faire pardonner.
bizz
EM

Anonymous said...

J'espère que vos problèmes de santé ainsi que ceux des eaux ne sont pas trop grave et réglés! !
Hâte d'être janvier alors :)
En attendant passez de très belles fêtes de fin d'années...
Céline

karinus said...

Hâte d'être au mois de janvier
merci pour tout ce boulot
je vous souhaite de bonne fêtes de fin d'année
bises

Mayana Amaru said...

Bonjour,

Je suis nouvelle sur ce blog....Et j'en suis FAN!!!
Je tenais à vous féliciter pour votre travail, pour nous faire rêver encore et encore....
J'aurai bien aimé vous aider mais mon anglais n'est pas si parfait que cela!!!!
J'espère que vos soucis s'arrangent...
En tout cas, je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année et une belle année 2014!!!!
J'ai hâte de lire les prochains chapitres...vous pensez que ça sera pour quand?
Encore une fois MILLE MERCI!!!!!!
J'attend la suite du TOME II et le TOME III avec impatience!!!
Bien cordialement,

Mayana.

PS: To Emine Fougner...I just want to say two words: THANK YOU....

marion said...

Merci beaucoup pour cette traduction! Je suis fan de cette histoire ;)

Anonymous said...

A quand la suite j'adore

Anonymous said...

bonjour à vous mesdames et meilleurs vœux pour cette année 2014. Je vous souhaite encore plus de lecture et à toi Élisabeth je te souhaite que tes problèmes de santé sois fini ...encore merci pour ce merveilleux travail que tu fournis pour nous rendre heureuse nous les fans merci merci merci.
Peux-tu nous donner une date pour le chapitre 4??
nan nan nan je ne suis pas du tout accros ;)
bisous à tous
Charlene

Anonymous said...

bonjour est-ce que quelqu'un aurai une date parce que j'ai vu dans les commentaires que elisabeth a dit début janvier qu'elle mettrais 2 chapitres ....
je sais quels a eu beaucoup de problèmes de santé et personnel j’espère que tout va bien pour elle à bientôt ...

Anonymous said...

Non aucune date malheureusement! ! Je regarde ts les jours en espérant :)

Anonymous said...

bonjour à toutes est ce que l'une d'entre vous aurais des nouvelles de Élisabeth??? est ce qu'elle va bien ??

Anonymous said...

Merci beaucoup Elisabeth pour votre travail, c'est toujours un vrai plaisir de vous lire... J'espère sincèrement que votre état de santé s'améliore et que vous nous reviendrez bien vite !
Bien cordialement

Elisabeth ze translator said...

Coucou tout le monde,

Désolée mais je n'ai pas pu tenir mes promesses. J'ai une main emprisonnée dans une attelle et les quelques heures durant lesquelles je la retire c'est pour .. travailler.
Il va falloir encore attendre que j'aille mieux.
bizz

EM

Anonymous said...

Coucou à tous
bon ben au moins ont est rassurés tu as donné de tes nouvelles ouff ...
ben ont attendra même si sa va être dur lol...
bon rétablissement à toi Élisabeth à très vite j'espère ...

latifa Boirat said...

Bonjour a tous,
Je suis contente de voir que vous allez bien Elisabeth, je commençais comme beaucoup de monde à m'inquiéter... En tout cas merci pour tout!!! Bon rétablissement, et surtout prenez soin de vous.

Lat

latifa Boirat said...
This comment has been removed by the author.
latifa Boirat said...
This comment has been removed by the author.
latifa Boirat said...
This comment has been removed by the author.
Karima Caplot said...
This comment has been removed by the author.
Guillaume Pelletier said...

Très bon roman! Je suis accro. Merci pour la traduction et continuez votre excellent travail. Merci Beaucoup!

mafalda alsace said...
This comment has been removed by the author.
mafalda alsace said...

belle découverte de cette version vu par christian,j'adore je suis autant fan que de la trilogie
Hâte de découvrir et lire les chapitres suivants
Merci

mafalda alsace said...

Belle découverte de cette version vu par Christian.J'adore et je suis autant fan que de la trilogie
Hâte de découvrir et lire les chapitres à venir
Merci pour tout

Anonymous said...

Vivement la suite. ..merci pour votre travail. C'est super

Anonymous said...

Merci Elisabeth et on attend la suite avec impatiente.
En attendant bon retablissement a toi.

ptite marine said...

Bonjour je suis nouvelle sur ce blog et j ai littéralement dévorés tous les chapitres en français.
Un très très grand bravo a l écrivain et a la traductrice.
D ailleurs j espère que vous vous retablirez vite pour nos en faire découvrir un du plus sur notre Christian adoré !
J attend donc la suite avec impatience et encore bravo pour votre travail.

Anonymous said...

Lire le point de vue de Christian, c'est comme découvrir Cinquante nuances une seconde fois. Je suis admirative du travail accompli et vous remercie pour ces doux moments d'évasion.
J'ai hâte de lire la suite!

Laetitia Millet said...

bonsoir,

wahou...j'étais déjà fan de la première trilogie mais là c'est encore mieux...
ce point de vue de Christian est juste énorme j'ai lu tous les chapitre en une semaine...
merci merci à vous 2 pour tout le travail fourni
bon rétablissement en attendant de nouveaux chapitres...
titia

Anonymous said...

coucou tous le monde est ce que quelqu'un aurais des nouvelle de elisabeth??

Elisabeth ze translator said...

coucou,

Je donne des news. Je carbure aux anti inflammatoires et je tente tant bien que mal de reprendre la traduction du chapitre. Je vais y arriver mais c'est pas facile.
Je sais que ce n'est pas drôle pour vous mais franchement je ne suis pas à la fête non plus :-)
on va y arriver
bizz

Anonymous said...

Bonjour merci de donner des nouvelles on commençait vraiment a s'inquieter... prenez soin de vous et je réitère encore mes compliments vois faîtes un super travaille... merci encore de faire toutes ses traductions... vous m'avez rendu accro je suis une "junkie" de vos traduction... bon courage

Elisabeth ze translator said...

Bonjour,

La traduction du chapitre 4 est (enfin) terminée.
Il sera publié vendredi 7 mars.
cordialement,
EM

PILINE said...

rah lala j'ai hâte de lire ça j'ai déjà tout relu et même les bouquins hihi !! merci Élisabeth j'apprécie vraiment ton travail !!

Anonymous said...

Super ! Mille mercis !!!

Anonymous said...

Bonjour, Petite nouvelle car j'ai découvert le site et votre travail tout récemment. Un grand merci à vous pour ce partage. Je vous souhaite également un prompt rétablissement.

Marina Lartigue said...

J'ai découvert ce site hier.... Et j'ai terminé le 1er tome et les 3 chapitres du 2ème tome.
Un énorme merci pour votre travail !! Je suis fan, et j'attends donc avec impatience vendredi 7 mars pour lire le chapitre 4.
Merci beaucoup Elisabeth

Anonymous said...

J'adore ! J'ai commencé à lire votre travail hier, et je termine aujourd'hui. J'attends avec impatience vendredi 7 mars pour lire le chapitre 4 du tome 2.
Un énorme merci pour votre travail Elisabeth.